Comment bien rouler à vélo en ville ?

Comment bien rouler à vélo en ville ?

4.5/5 - (4 votes)

Circuler en ville est un défi du quotidien pour les cyclistes. Avec des automobilistes peu accueillants et divers pièges ici et là, il faut constamment rester sur ses gardes. Il reste néanmoins possible de se déplacer à vélo en toute sécurité en ville. Il suffit d’adopter quelques règles de bonne conduite. En voici quelques-unes.

Maîtriser la pratique de son vélo

Cela peut sembler évident, mais il ne l’est pas pour tous les cyclistes. Certains maîtrisent à peine leur vélo qu’ils se lancent déjà à l’assaut des villes. Bien sûr, c’est un bon moyen pour apprendre, mais au moins, apprenez à maîtriser les bases essentielles du vélo avant de vous lancer. Quelles sont ces bases ? Il y a le démarrage, l’arrêt, l’utilisation des freins et le changement de direction.

Comment bien démarrer à vélo ?

Comment bien démarrer à vélo ?

Rouler à vélo en ville signifie devoir s’arrêter régulièrement au gré des feux de circulation. Cela signifie aussi que vous devez toujours être prêt à démarrer pour vous fondre rapidement dans la circulation. Pour prendre à chaque fois un bon départ, voici quelques conseils :

  • Avant de vous arrêter à un feu rouge, assurez-vous qu’une pédale (celle appuyée par votre pied fort) soit placée à deux heures (en haut vers l’avant).
  • Il faut aussi mettre le vélo sur une vitesse propice à un redémarrage avant de vous arrêter.
  • Posez ensuite les deux pieds au sol en vous plaçant à cheval sur le cadre, à l’avant de la selle.
  • Ne lâchez pas les freins pour maintenir le vélo en place.

Lorsque le feu passe au vert, il vous suffit de relâcher les freins, d’appuyer sur la pédale à deux heures tout en vous hissant sur la selle et en avant toutes !

Lire aussi – Pédales automatiques : comment en utiliser sans se mettre en danger ?

Comment s’arrêter à vélo ?

Comme on l’a dit, le cycliste est contraint de s’arrêter plusieurs fois dans la circulation urbaine. N’oubliez pas que même s’il y a un code de la route propre au vélo, tous les cyclistes qui roulent sur la voie publique doivent respecter la réglementation commune à tous les usagers de la route. Par conséquent, les feux rouges et les stops s’adressent aussi à eux.

Pour bien s’arrêter sans se mettre en danger à vélo, voici quelques conseils :

  • Toujours vérifier l’état de ses freins avant de quitter la maison. La loi exige à ce que tous les vélos soient pourvus de deux freins. Selon la conception du deux-roues, les deux peuvent se situer au niveau du guidon ou bien, l’un peut se situer au niveau du guidon et l’autre se décliner sous forme de rétropédalage.
  • Apprendre à connaître ses freins : temps de réponse selon la pression exercée sur la poignée, comportement,
  • Apprendre à utiliser les freins de manière simultanée : certains cyclistes n’appuient que sur le frein avant ou uniquement sur le frein arrière. Cela est déconseillé et peut être dangereux. Si vous appuyez uniquement sur le frein avant, la roue arrière va se décoller et vous allez être propulsé à l’avant. Cela est d’autant plus dangereux puisque lorsqu’on se déplace, notre poids est automatiquement déplacé vers l’avant. A l’inverse, si vous appuyez uniquement sur le frein arrière, le freinage est peu performant et au lieu de s’arrêter net, la roue arrière aura tendance à déraper ou à zigzaguer, propice à une chute. Le mieux est donc d’apprendre à les utiliser en même temps et à un bon dosage. Les freinages brutaux sont à éviter.
  • Avant de vous arrêter, changer la vitesse du vélo pour un bon redémarrage puis glissez de la selle en appuyant sur une pédale. Penchez légèrement le vélo pour pouvoir poser l’autre pied (celui qui ne sert pas à démarrer) à terre.

Enfin, lorsqu’on roule à vélo en ville, il existe les sas vélo. Ce sont des zones d’arrêt conçues spécialement pour les cyclistes. Elles se situent généralement devant la ligne d’arrêt des voitures au niveau des intersections.

Comment freiner à vélo lorsqu’il pleut ?

Dans le cas où votre vélo est le seul moyen de locomotion que vous utilisez en ville, il arrivera un moment où vous devrez rouler par temps de pluie. Rassurez-vous, il existe des équipements pour rouler sous la pluie, mais cette fois-ci, on va s’intéresser au freinage. Voici ce qu’il faut retenir :

  • Lorsque la route est humide, la distance et le temps de freinage sont allongés. Il faut donc savoir anticiper, surtout les intersections.
  • Une route humide est glissante, instable et surtout des débris (feuilles mortes, verglas, sable, gravillons, flaques d’eau, huile …) peuvent joncher le sol. Il faut donc privilégier l’usage du frein arrière pour maîtriser le deux-roues et contrôler sa vitesse.

Aussi, pour optimiser le freinage, pensez à presser régulièrement, mais légèrement sur les freins pour assécher les jantes.

A lire aussi :

Comment changer de direction à vélo ?

Savoir prendre un virage est indispensable lorsqu’on roule en ville. Voici comment faire.

  • A l’approche d’une intersection, faites savoir aux véhicules qui vous suivent votre intention de tourner. Pour cela, les gestes manuels restent la meilleure méthode, mais vous pouvez vous aider de feux clignotants qui seront plus visibles par temps de mauvaise visibilité et lorsque vous roulez de nuit.
  • Il faut se pencher légèrement vers le côté que l’on souhaite prendre avant de tourner. Plus le cycliste roule vite, plus il doit se pencher pour un rayon de courbure équivalent. Ce geste permet de conserver une bonne manœuvrabilité du vélo même en cas d’aspérités de la route.
  • Il faut toujours regarder devant pour savoir où on compte diriger le vélo. Pensez donc à tourner la tête vers la bifurcation à prendre avant de tourner pour que la prise de virage soit réussie.

Enfin, n’oubliez pas que si vous roulez dans un rond-point à vélo, vous devez rester sur la file de droite pour faciliter le virage. Si besoin est, utilisez le klaxon pour avertir les autres usagers de votre intention de tourner.

Savoir se placer dans la circulation

Savoir se placer dans la circulation

Les cyclistes ont tout autant leur place dans la circulation que les voitures ou les motos, sauf sur les autoroutes et autres voies rapides. Vous devez donc apprendre à imposer votre présence sans vous mettre en danger. Quoi que vous en disiez, se déplacer à vélo vous rend vulnérable.

Par conséquent, même lorsque vous avez la priorité, si vous voyez qu’un automobiliste vous colle un peu de trop près, mieux vaut s’éloigner et le laisser passer. En tant que maillon faible de la circulation, votre priorité doit être votre santé et votre sécurité. Néanmoins, vous avez une place dans le trafic donc il faut savoir la prendre pour que les autres vous respectent.

Comment se placer sur la chaussée ?

Sauf si des panneaux indiquent l’usage obligatoire des pistes cyclables, les cyclistes ont le droit de rouler sur la chaussée. Par sécurité, il est conseillé de :

  • Se placer bien au milieu de la chaussée pour s’assurer que les autres usagers de la route vous voient. Cela va les dissuader de vous doubler, mais facilite également le changement de direction et la traversée d’une voie.
  • Conserver une distance d’un mètre par rapport aux voitures garées et aux trottoirs. Cela vous évite de rentrer dans les portières qui s’ouvrent à la volée (car-dooring) ou d’éventuels piétons qui peuvent sortir soudainement des trottoirs sans se faire annoncer.

Lorsque vous roulez en ville, il faut éviter de serrer à droite. Et bien évidemment, il faut éviter de rouler sur les trottoirs. Cela est interdit sauf si vous marchez aux côtés de votre vélo. Les enfants de moins de 8 ans sont les seuls autorisés à rouler à vélo sur les trottoirs. Il faut leur rappeler toutefois de rouler au pas (6 km/h tout au plus) et leur faire porter un casque.

Lire aussi – Vélo cargo et travail : droits et réglementations

Comment se placer sur une chaussée à voies multiples ?

Lorsque la chaussée se compose de plusieurs voies allant dans la même direction, c’est celle de droite que vous devez emprunter et bien sûr, roulez toujours bien au milieu de la voie.

S’il y a une voie cyclable, elle est à privilégier tant qu’elle ne vous met pas en danger. En effet, certaines voies cyclables peuvent exposer davantage les cyclistes que la chaussée normale et des automobilistes peu scrupuleux n’hésitent pas à se garer le long de ces pistes. N’oubliez pas que c’est une infraction sévèrement punie par la loi.

Dans le cas où la chaussée à voies multiples se compose d’un couloir de bus, évitez de les emprunter sauf si un panneau indique que les cyclistes sont autorisés à l’emprunter. Dans tous les cas, rouler auprès de gros véhicules doit vous rendre plus prudent encore.

Comment bien se fondre dans la circulation ?

Un des avantages du déplacement à vélo est qu’on peut facilement éviter les embouteillages en se faufilant à travers les véhicules à l’arrêt. Beaucoup de cyclistes zigzaguent donc entre les voitures. Il faut avouer que ce n’est pas une bonne conduite du tout, car cela est dangereux.

Pour éviter les dangers, que ce soit pour vous ou pour les autres usagers de la route, tâchez d’avoir une conduite exemplaire. Si vraiment vous devez vous faufiler à travers les autres véhicules, assurez-vous toujours que les autres conducteurs vous voient et évitez de gêner les autres.

Lire aussi – Rouler à plusieurs à vélo : quelles sont les règles de sécurité ?

Comment doubler à vélo ?

Comment doubler à vélo ?

Si vous souhaitez doubler un véhicule, il ne faut jamais le faire par la droite, car vous vous mettez dans un angle mort. Imaginez que vous doublez une voiture sur la droite et que celle-ci décide de se garer sur le bas-côté ou de tourner vers l’intersection de droite. Il y a peu de chances que le conducteur vous remarque.

Par conséquent, si l’envie de doubler vous prend, il faut toujours le faire PAR LA GAUCHE pour que le conducteur à dépasser vous voie. Il faut d’ailleurs lui indiquer votre intention de le dépasser pour qu’il évite les gestes brusques. Pour ce faire, utilisez votre voix, le klaxon du vélo ou bien un geste du bras tout en restant courtois. Et avant de foncer, assurez-vous que la voie d’en face est libre et que la démarche n’est pas dangereuse.

Dans le cas où les voitures devant vous se sont arrêtées à un feu rouge, vous devez remonter la file jusqu’à atteindre le sas vélo. Même dans ce cas-ci, vous devez le faire par la gauche.

Enfin, dans le cas où vous souhaitez doubler un gros véhicule (camion ou bus), garder une bonne distance avec eux pour que les piétons qui peuvent déboucher devant ces voitures vous voient.

Adopter la bonne vitesse pour rouler en ville

Lorsque vous circulez à vélo dans les agglomérations, vous devez respecter les limitations de vitesse indiquées. Dans les zones de rencontre, la vitesse est limitée à 20 km/h, dans les zones 30 à 30 km/h, dans les zones 50, à 50 km/h et ainsi de suite.

Il est important de se conformer à ces indications même lorsque la voie est dégagée. En cas de forte affluence, par temps de mauvaise visibilité ou lorsque la route est humide, restez plus prudent que jamais. Avant de vous lancer dans une circulation dense, apprenez à maîtriser la vitesse de votre deux-roues. Et on ne vous le répètera jamais assez : évitez de dépasser soudainement et à vive allure même si vous le faites par la gauche.

Apprendre à cohabiter avec les autres usagers de la route

Avant de plonger dans la circulation, n’oubliez pas que vous partagez le trafic avec des voitures, des motos, des gros véhicules et des piétons. Apprendre à cohabiter avec eux est essentiel. Voici quelques points à retenir.

Les piétons ont toujours la priorité

Puisqu’ils sont plus vulnérables que vous, ils ont la priorité sur la route. Par conséquent, lorsque vous traversez des intersections à fort trafic et même lorsque vous roulez sur une piste cyclable, il faut toujours se montrer prudent lorsqu’il y a des piétons.

Attention aux motos, scooters et speed-bike

Il faut être très attentif à ces derniers, car ils peuvent surgir de nulle part et vous dépasser à vive allure. Si possible, installez un rétroviseur sur votre vélo pour avoir une vision globale de la circulation autour de vous. A défaut, tournez toujours la tête avant de changer de direction pour être sûr qu’aucune moto ne va vous couper dans votre élan.

Attention aux gros véhicules

Ils sont dangereux pour les cyclistes, car leur taille imposante réduit leur champ de vision surtout à l’arrière. Par conséquent, si vous roulez aux côtés d’un bus ou d’un camion, sortez des angles morts et assurez-vous, d’un simple contact visuel avec le conducteur, qu’il vous a vu. Evitez autant que possible de les doubler sauf si vous êtes certain que le conducteur vous a vu.

Attention aux tramways

Bien que les voies réservées aux tramways sont interdites aux cyclistes, les imprudents ne sont jamais très loin. On rappelle alors qu’il est strictement interdit de les emprunter à vélo même si la voie semble dégagée. Les rails de ces circuits sont à peine plus grands que la largeur des pneus des vélos donc ces derniers peuvent se coincer dedans. Si cela venait à arriver et qu’un tramway arrive, vous pouvez dire adieu à votre deux-roues. Le risque de chute n’est pas non pus à négliger.

Rester visible

De jour comme de nuit, vous devez rester visible lorsque vous roulez à vélo. Cela réduit les risques d’accident. Pour ce faire,

Les rétroviseurs et feux clignotants sont également autorisés, voire même conseillés.

Vérifier le vélo avant de sortir

Vérifier le vélo avant de sortir

Même si la veille, vous avez garé un vélo en bon état, il est toujours conseillé de le vérifier avant de repartir le lendemain. Parmi les points à vérifier, on peut citer :

Ces vérifications de routine doivent être faites au quotidien pour rouler sereinement toute la journée. Pour un VAE, il est conseillé de recharger la batterie le soir, en arrivant à la maison, pour être certain qu’elle soit pleine pour le lendemain.

Prudence et vigilance

Savoir rouler à vélo ne suffit pas pour circuler dans le trafic urbain. C’est un environnement hostile au sein duquel il faut toujours faire preuve de vigilance. Pour se déplacer en toute sécurité à vélo, nos derniers conseils seraient de :

  • Vous appliquer au jeu de regard, car on l’utilise beaucoup pour se faire comprendre par les autres usagers de la route. Ce n’est pas les véhicules que vous devez alerter de votre présence, mais bien leurs conducteurs.
  • Etre à l’écoute de ce qui vous entoure : klaxon par ci, bruit de moto qui remonte par là, bruit de moteur d’une voiture garée et qui s’apprête donc à rentrer dans la file … Il faut toujours garder l’oreille ouverte donc éviter les écouteurs et les oreillettes bluetooth.
  • Ouvrir l’œil : à part le jeu de regard, vous devez avoir l’œil partout lorsque vous vous déplacez à vélo. Sur les trottoirs pour éviter les piétons imprudents, devant vous pour voir l’(état) de la route et interpréter les comportements des véhicules devant vous, derrière vous pour voir qui veut vous dépasser, sur les côtés pour savoir où on souhaite tourner … Bref, vos yeux doivent être bien attentifs et votre cerveau ainsi que vos réflexes doivent suivre le rythme.
  • Etre attentif aux comportements incohérents : malheureusement, on en voit beaucoup dans le trafic. Des automobilistes stressés qui vous coupent soudainement la route ou qui démarrent sur les chapeaux de roues dès qu’une opportunité d’avancer se présente, des piétons qui traversent durant les embouteillages et peuvent surgir soudainement devant vous … Dans le trafic, tout peut arriver d’où l’importance de toujours rester sur ses gardes.

Lire aussi – Les 8 bonnes résolutions du parfait cyclotouriste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code