Vélo cargo et travail : droits et réglementations

Vélo cargo et travail : droits et réglementations

4.9/5 - (7 votes)

L’utilisation du vélo cargo comme d’un véhicule professionnel se développe de plus en plus ces dernières années. Pour certaines entreprises et commerçants, il devient le véhicule de livraison du dernier kilomètre alors que pour d’autres, il devient une boutique ambulante. En France, la première version est la plus courante et ce, depuis le déconfinement. La question se pose alors : est-il légal d’utiliser un cargo bike pour assurer les livraisons ? Si oui, quelles sont les réglementations à respecter ? Réponses à la suite.

Le cargo bike : un véhicule bien pratique

Pour rappel, le cargo bike ou vélo cargo ou triporteur est une bicyclette, généralement pourvue de trois roues. On la reconnaît aussi facilement grâce à son caisson de transport, situé entre deux de ses roues, soit à l’avant, soit à l’arrière. Pour les familles, le vélo cargo sert à transporter les jeunes enfants dans le caisson en y installant des sièges spécifiques sécurisés. Pour les entreprises et livreurs indépendants, il est utilisé pour la livraison de marchandises en ville et sur les derniers kilomètres.

Le vélo cargo : un véhicule de livraison depuis toujours

Le vélo cargo : un véhicule de livraison depuis toujours

Depuis quelques années, le vélo cargo est devenu le véhicule de livraison à la mode. La tendance s’est surtout renforcée après le déconfinement, mais savez-vous que dès le 20e siècle, il a déjà été le principal véhicule de livraison des commerçants.

En effet, à une époque où la voiture était encore peu développée et coûtait cher et où les chevaux ont été réaffectés au travail des champs ou en animaux de boucherie, le vélo cargo est apparu comme le véhicule de livraison idéal pour les commerçants d’antan. Non seulement, il leur permettait de transporter des charges lourdes, mais ils en profitaient aussi pour livrer à droite et à gauche. Le développement des véhicules à moteur à toutefois mis fin à cette tendance et le cargo bike est tombé dans l’oubli jusqu’à récemment avec l’arrivée du vélo électrique.

Depuis son come back, on lui affecte surtout un statut familial, mais de plus en plus de professionnels l’utilisent pour effectuer des livraisons. Certaines entreprises (surtout en Ile-de-France) ont même fait le choix de l’adopter pour les livraisons en ville et au dernier kilomètre.

Lire aussi – Mobilité cyclable : quelles sont les solutions pour les familles ?

Pourquoi adopter le vélo cargo comme véhicule de livraison ?

Les entreprises qui ont adopté cette tendance se félicitent d’avoir fait ce choix, car le vélo cargo professionnel procure de nombreux avantages :

  • Il est plus pratique en ville que les camionnettes :

Vu sa taille et comme il peut circuler sur les pistes cyclables, il est rarement coincé dans les embouteillages. Résultat : les livreurs arrivent à l’heure.

  • Il est économique :

Avec des camionnettes qui consomment du carburant et dont la consommation augmente lorsqu’elles sont coincées dans les embouteillages, le vélo cargo apparaît comme une solution économique puisqu’il ne nécessite pas de carburant. Même s’il est cher à l’achat, la rentabilité est là.

  • Il est efficace sur le dernier kilomètre :

La hantise des transporteurs et livreurs c’est de parcourir le dernier kilomètre qui les sépare de leur point de livraison. Soit le trajet est encombré, soit il leur est tout simplement interdit de passer à certaines heures. Les entreprises qui attendent leur livraison ne sont donc pas les seules à utiliser des vélos cargo pour la livraison auprès de leurs clients. Les entreprises de transport et de livraison en utilisent également pour prendre le relais aux grands camions et aux camionnettes. Ils se rencontrent à un point précis et leur marchandise est acheminée à travers la ville à bord de cargo bikes. Grâce à ce système, les livraisons se font à l’heure, les camionnettes n’ont plus à entrer en ville et la circulation devient plus fluide, par la même occasion.

A lire aussi – Tout ce qu’il faut savoir pour bien choisir son triporteur

Que dit la loi sur les vélos cargos professionnels ?

Que dit la loi sur les vélos cargos professionnels ?

La loi n’interdit aucunement l’usage du cargo bike en tant que véhicule de livraison professionnel. Elle devrait même soutenir la tendance, car ce véhicule permet de désengorger le centre-ville et de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

A lire – Cyclomobilité professionnelle : pourquoi la promouvoir ?

Certaines villes, à l’image de Fontenay-aux-Roses, a même débloqué une subvention pour promouvoir cette activité. En région Ile-de-France, un terme est né pour identifier ces professionnels adeptes du cyclologistique : « boîte à vélo ».

Les Boîtes à Vélo île-de-France est aujourd’hui une association qui promeut la cyclologistique. Pour eux, les livreurs ne sont pas les seuls à pouvoir utiliser le cargo bike comme véhicule professionnel. D’autres professions se sont également lancé comme des plombiers, des boulangers, des ébénistes, des paysagistes et même des déménageurs. Tous livrent et transportent outils et marchandises à bord de leur triporteur, que ce soit pour aller travailler ou pour effectuer des livraisons.

Au sein de l’association, ils partagent les mêmes objectifs et les mêmes valeurs à savoir :

  • réduire la pollution
  • bouger plus (car le vélo cargo fait pédaler et donc bouger)
  • changer son rythme de vie
  • et surtout, recréer le lien social qui tend à disparaître.

Il faut souligner qu’à bord d’un vélo, il est plus facile de se saluer dans la rue lorsqu’on se croise que lorsque chacun se retrouve dans sa voiture. Vu les bénéfices qu’apporte la cyclologistique, l’association espère que les pouvoirs publics la soutiendront. Pour l’heure, elle fait déjà son chemin puisqu’une trentaine d’entreprises franciliennes l’ont déjà adopté.

Du côté des pouvoirs publics, aucune interdiction n’a été imposée jusqu’ici, mais vu le développement de cette tendance, on peut être certains que des textes légaux (contre ou en faveur) verront bientôt le jour. Ce qui est certain c’est que, professionnel ou non, le vélo cargo reste une bicyclette. Par conséquent, les lois encadrant l’usage de ce type de véhicule restent valables.

A lire – Vélo à assistance électrique : point sur la législation

Rappel sur les obligations des cyclistes

Rappel sur les obligations des cyclistes

Pour que les utilisateurs de vélo cargo ne se placent pas au-dessus des lois, voici un rappel des obligations qui incombent à tous les cyclistes :

  • Utiliser un véhicule conforme à la réglementation :

Puisque la majorité des professionnels roulant à vélo cargo utilise un modèle à assistance électrique, leur triporteur ne doit pas dépasser les 25 km/h sous assistance et leur puissance est limitée à 250 W. A l’achat du véhicule, demandez à avoir une attestation de conformité auprès du vendeur.

Lire aussi – Triporteur électrique : les conseils pour acheter votre tricycle

  • Respecter la charge maximale supportée par le vélo :

La charge maximale inclut le poids de la marchandise pouvant être transporté et le poids du cycliste. Lorsque vous effectuez des livraisons, il est conseillé de ne pas la dépasser pour des raisons de sécurité.

  • Respecter le code de la route :

Les vélos cargos peuvent rouler sur les pistes cyclables et sur une zone piétonne, à condition de rouler au pas. Ils peuvent également circuler sur les voies vertes.

Ils ne sont pas autorisés à rouler sur les trottoirs et sur les routes exclusivement réservées aux voitures (autoroutes, boulevards périphériques …). Tâchez de bien savoir lire les différents panneaux de signalisation en ville pour ne pas vous mettre en danger.

Et le plus important, restez toujours bien visible par les autres usagers de la route, donc évitez les angles morts.

Lire aussi – Vélo au quotidien : le code de la route depuis juillet 2015

  • Adopter des mesures de sécurité :

Elles ne sont pas obligatoires, mais sont recommandées. On conseille alors aux cyclistes de porter un casque pour leur sécurité. Pensez également à équiper votre véhicule de feux de signalisation pour bien indiquer un changement de direction, un klaxon pour indiquer votre présence et de rétroviseurs pour avoir une meilleure visibilité sur les véhicules situés derrière vous. Les éclairages, bandes réfléchissantes et catadioptres ne doivent pas être négligés.

A lire aussi – VAE : possibilité d’installer des rétroviseurs et des feux sur son vélo

Et toujours en termes de sécurité, n’oubliez pas de souscrire une assurance pour votre vélo. Et si vous utilisez le vélo cargo dans le cadre de votre métier, pensez à le déclarer auprès de votre assureur. Normalement, son usage est déjà couvert par votre responsabilité civile, mais en informer la compagnie d’assurance est recommandée pour bénéficier d’une couverture en cas de dommage causé à un tiers. Cela peut faire augmenter la prime d’assurance, mais celle-ci reste beaucoup moins chère que le fait de souscrire une assurance pour sa camionnette de livraison.

En savoir plus sur – Assurance vélo électrique : est-ce obligatoire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code