Le Code de la route pour les vélos : ce qu’il faut savoir

Le Code de la route pour les vélos : ce qu’il faut savoir

4.5/5 - (6 votes)

Au cours des dernières années, les règles concernant la conduite du vélo ont été renforcées. Le gouvernement a pris de nouvelles mesures qui tendent, d’une part à promouvoir l’usage du deux-roues et d’autre part à apporter plus de sécurité aux cyclistes. Avant de se mettre en selle, il est important pour eux de prendre connaissance du Code de la route établi pour les vélos. Voici les grandes lignes.

Le code de la route des vélos depuis juillet 2015

Les pistes cyclables

L’article R110-2 du Code de la route stipule qu’une piste cyclable est une « Chaussée exclusivement réservée aux cycles à deux ou trois roues et aux engins de déplacement personnel motorisés ».

Grâce à son Plan Vélo, le gouvernement compte en établir plus d’ici 2024. Malgré leur présence, on a toutefois remarqué que les cyclistes ne les utilisent toujours. Ont-ils le droit de les ignorer ? Voici quelques précisions.

Découvrez les pistes cyclables en France

Est-il obligatoire de rouler sur les pistes cyclables ?

Est-il obligatoire de rouler sur les pistes cyclables ?

Pas toujours. D’après l’article R 431-9 du Code de la route, « l’obligation d’emprunter les bandes ou pistes cyclables est instituée par l’autorité investie du pouvoir de police après avis du préfet ». Un cycliste qui décide de rouler sur la chaussée commune aux autres véhicules en a donc le droit même si une piste cyclable est installée à proximité.

Il faut toutefois lire les panneaux et surtout savoir les interpréter, car certains peuvent instaurer l’obligation.

  • Lorsque le panneau indiquant la piste cyclable est de forme carrée, l’emprunter est seulement conseillé.
  • Lorsque la forme du panneau est ronde (type B22a), l’obligation s’applique.

Et toujours en termes de panneaux, on peut trouver des panneaux barrés en rouge. Cela signifie que la piste ou la bande cyclable s’arrête là et qu’à partir de là, le circuit est ouvert aux autres usagers de la route. Il faut donc y être attentif et surtout, adapter son comportement à vélo au gré des signalisations.

Découvrez d’autres sujets sur la législation et la réglementation à vélo :

Pourquoi les cyclistes rechignent à emprunter les pistes cyclables ?

Les pistes cyclables ont été aménagées pour renforcer la sécurité des cyclistes. Pourquoi ces derniers continuent alors de les ignorer ? Diverses raisons expliquent cela :

  • Stationnement abusif d’autres véhicules
  • Refus de priorité à droite
  • Revêtement dégradé des pistes
  • Forte fréquentation de piétons sur les pistes
  • Abaissement de trottoirs …

Il faut souligner que les vélos ont la priorité sur les piétons lorsqu’ils roulent sur les pistes cyclables sauf en cas de signalisation précise : feu rouge, marquage au sol indiquant la priorité aux piétons, un « céder le passage » … Lorsque ces indications sont claires, les piétons ont la priorité. Malheureusement, même en l’absence de ces panneaux, les piétons ont tendance à envahir les pistes cyclables ce qui complique la tâche aux cyclistes.

Dans le cas où les vélos sont autorisés à rouler sur une zone piétonne, ils doivent rouler au pas et toujours céder le passage aux piétons.

Pour les véhicules motorisés qui persistent à stationner sur une voie cyclable ou piétonne, il est porté à leur connaissance que cela est sévèrement sanctionné par la loi. Il s’agit d’une infraction sanctionnée par une contravention de 4e classe, soit une amende de 135 euros minorée à 90 euros et un retrait de 3 points sur le permis de conduire. Et si on vous surprend à rouler avec un véhicule motorisé sur une piste cyclable, l’amende est également de 135 euros, mais sans retrait de points sur le permis.

A lire – Infraction à vélo : que risque-t-on ?

Une petite précision toutefois :

Si les panneaux C113 et B22a (spécifiques aux pistes cyclables) sont complétés par le panonceau M4d2 (indiquant un cyclomoteur), les deux-roues motorisés ont le droit de rouler sur le circuit, mais sans side-car.

Quelle différence entre piste et bande cyclables ?

Les deux sont des parcours spécifiques aux vélos, mais certains aménagements les différencient.

  • La piste cyclable est un circuit isolé de la route commune aux autres usagers. Tous les véhicules motorisés, sauf VAE, y sont interdits. Dans la majorité des cas, le parcours est installé, soit sur les trottoirs, soit un peu en retrait de la route principale et surélevé par un terre-plein.
  • La bande cyclable, quant à elle, se situe sur la chaussée, mais avec un marquage spécifique au sol. Elle peut être limitée par une ligne continue ou discontinue et le pictogramme de vélo est clairement dessiné. Ces bandes doivent être clairement visibles par les cyclistes et les autres usagers de la route. Il faut également que des flèches indiquent le sens de la circulation. Certaines bandes cyclables sont installées en contresens sur certaines voies donc tous les usagers de la route, cyclistes compris, doivent se montrer vigilants.

Lire aussi – Rouler à vélo : quelles sont vos obligations ?

Les différents panneaux à interpréter dans la circulation

 

Des sas réservés exclusivement aux vélos

Lorsque le cycliste roule en ville, il découvre de nombreux types de panneaux et de marquage au sol. Il est important de savoir les lire pour pouvoir conduire en toute sécurité. Voici les principales signalisations possibles :

  • Un panneau barréindique la fin de la zone réservée aux cyclistes. Lorsque la piste cyclable qui s’achève donne sur une chaussée principale, la priorité à droite s’applique. Cela signifie que le vélo ayant roulé à droite à la priorité, mais assurez-vous quand même que les autres véhicules l’ont bien compris pour ne pas vous mettre en danger.
  • Un panneau indiquant un double sens cycliste signifie que les cyclistes peuvent rouler à double sens même lorsqu’il s’agit d’un sens interdit aux véhicules motorisés. Si le panneau est absent, les cyclistes doivent suivre l’unique voie de circulation autorisée.
  • Un panonceau rouge indiquant un sens interdit suivi d’un autre panneau indiquant « SAUF vélo » signifie que seuls les vélos peuvent prendre ce sens interdit.
  • Les marquages au sol indiquent clairement le sens de circulation autorisé. Certains autorisent un double sens donc les cyclistes peuvent s’y croiser.

Enfin, d’une manière générale, les cyclistes doivent toujours rouler à droite de la chaussée et ce, qu’il y ait bande cyclable ou non. Cela leur permet facilement de prendre un virage. Attention, il faut rouler à droite, mais bien au milieu de cette chaussée de droite. Cela permet d’imposer sa présence aux autres véhicules, de rester bien visible à vélo et de garder une bonne distance entre les véhicules garés sur le côté.

Un dernier point très important : lorsque vous roulez le long de véhicules garés, faites très attention aux portières qui peuvent s’ouvrir soudainement. Voilà pourquoi il faut rester bien au milieu de la chaussée et se limiter à une vitesse de 20 km/h dans les zones de rencontre.

Les autres règles à retenir pour rouler à vélo

Double sens cyclable

Malgré les efforts du gouvernement pour renforcer la sécurité des cyclistes, il est important de rappeler aux conducteurs de vélos qu’avant toute chose, il leur revient de respecter les règles pour ne pas se mettre en danger. Parfois, il est même nécessaire de céder le passage même lorsque vous avez la priorité par question de sécurité. Il ne faut jamais oublier que vous restez un usager très vulnérable dans la circulation.

Pour mettre les points sur les « i », voici d’autres précisions importantes à enregistrer.

A l’approche d’une intersection

Positionnez-vous en fonction de la direction que vous vous apprêtez à prendre. Si vous comptez tourner à droite, restez à droite sans sortir de la bande cyclable. Si vous comptez tourner à gauche, restez à gauche sans sortir de la bande cyclable. Si vous comptez continuer tout droit, écartez-vous de la voie que les autres véhicules qui vous suivent souhaitent prendre. Autrement dit, si l’intersection se situe sur la droite et que vous comptez continuer tout droit, décalez-vous un peu sur la gauche pour céder le passage à ceux qui veulent tourner.

Même si vous vous appliquez à vous positionner correctement sur la voie, il ne vous coûte rien d’indiquer votre changement de direction aux véhicules qui vous suivent à l’aide de feux clignotants et de vos bras. N’oubliez pas non plus d’installer des rétroviseurs pour vous assurer que ceux qui vous suivent ont bien compris le message avant de tourner.

Dans le cas où vous empruntez un rond-point, tâchez de rouler que la chaussée de droite pour pouvoir prendre facilement la direction souhaitée. Avant de bifurquer, les mêmes conseils précédents d’appliquent : indiquer son changement de direction à l’aide du clignotant, de la main et d’un petit coup d’œil dans le rétroviseur.

A lire – VAE : possibilité d’installer des rétroviseurs er des feux sur son vélo

Rester dans le SAS vélo

Lorsque vous roulez en ville et que vous vous retrouvez au niveau d’un carrefour à feux tricolores, vous pouvez voir marquer au sol des logos de bicyclette entourés, de part et d’autre, par deux lignes en pointillés blanches. Cet espace est appelé un SAS vélo. De tels aménagements existent depuis des années, mais il est important de rappeler aux cyclistes que c’est là qu’ils doivent se garer en attendant que le feu rouge passe au vert. Cette zone se situe devant la ligne pointillée derrière laquelle les automobilistes doivent s’arrêter lorsque le feu est rouge.

Les sas vélos ne peuvent être utilisés que par les cyclistes. Ces infrastructures ont été mises en place pour permettre aux automobilistes de mieux identifier les cyclistes. Ils aident aussi ces derniers à adopter le positionnement à gauche pour tourner et leur évitent de respirer les gaz d’échappement.

S’arrêter quand le feu est rouge

Beaucoup trop de cyclistes grillent encore les feux rouges. Cela est pourtant interdit en vertu de l’article R412-30 du Code de la route. Ce dernier stipule que « Tout conducteur doit marquer l’arrêt absolu devant un feu de signalisation rouge, fixe ou clignotant ». Ainsi, même à vélo, griller un feu rouge est une infraction passible d’une contravention de classe 4, soit une amende de 135 euros.

Il existe néanmoins quelques exceptions. Dans certaines grandes villes, comme à Paris, il y a des feux tricolores en dessous desquels on peut lire un panonceau de forme triangle affichant un vélo et une flèche. La flèche peut indiquer la droite ou tout droit devant. On les appelle les « tourne-à-droite » ou le « Cédez le passage cycliste au feu ».

Lorsque le feu est rouge et que le cycliste voit l’un de ces panneaux, cela signifie qu’il peut tourner à droite ou continuer à rouler devant (en fonction de la direction indiquée) au lieu de s’arrêter. Attention toutefois, si des piétons traversent, ces derniers sont prioritaires.

A lire – Avec son deux-roues : comment bien rouler dans les embouteillages ?

Rouler à contre sens

Des marquages et panneaux indiquent clairement la possibilité de rouler à contre sens sur certaines voies. Cette pratique a été rendue obligatoire en France en juillet 2008, car en croisant les autres usagers de la route, les cyclistes voient davantage les obstacles et sont plus visibles par les autres. Avant de rouler ainsi, assurez-vous qu’un panneau vous y autorisant est bien visible.

Rouler aux côtés de gros véhicules

En l’absence de bandes et pistes cyclables, les conducteurs de cycles doivent côtoyer de près les autres véhicules y compris les gros véhicules comme les bus et les camions. Il faut faire très attention lorsqu’on en rencontre, car l’air qu’il balaye derrière eux peut déstabiliser un cycliste. Il est aussi conseillé de :

  • Eviter les angles morts des gros véhicules : le décret n°2020-1396 du 17 novembre 2020 oblige les gros véhicules à installer un dispositif de signalisation des angles morts. Le cycliste doit savoir lire ces indications et sortir de ces angles dangereux.
  • Rester visible par les conducteurs des poids lourds : autant que possible, gardez toujours le contact visuel avec les autres conducteurs pour pouvoir les signaler de votre présence.

Rouler côte à côte

L’article R431-7 du code de la route stipule que « doivent se mettre en file simple dès la chute du jour et dans tous les cas où les conditions de la circulation l’exigent ». Lorsqu’on roule à plusieurs à vélo, se mettre côte à côte est donc interdit, mais est parfois toléré lorsqu’il n’y a pas beaucoup de circulation. Dans tous les cas, lorsqu’un véhicule s’approche par devant ou par l’arrière, il est conseillé de se remettre en file simple.

Doubler un autre véhicule

Si vous souhaitez doubler un autre véhicule, assurez-vous toujours de le faire par la gauche. A droite, vous vous trouvez dans un angle mort ce qui est très dangereux. Et dans tous les cas, doublez seulement lorsque c’est nécessaire et sans danger.

Pour information supplémentaire : les automobilistes peuvent écraser la ligne continue de la route lorsqu’ils veulent dépasser un vélo et cela, seulement lorsqu’il y a une bonne visibilité de la route.

Ne jamais porter des écouteurs

Cela semble évident, mais malheureusement, certains cyclistes continuent toujours de porter des oreillettes ou des casques lorsqu’ils roulent à vélo. Cela est strictement interdit, car ils vous empêchent d’entendre les bruits alentour comme un klaxon, une voiture ou une moto qui se rapproche … Seuls les appareils d’aides auditifs sont autorisés.

Dans la même optique, téléphoner, que ce soit en main-libre via une oreillette bluetooth ou en tenant le mobile à la main est aussi interdit. Non seulement, vous n’entendrez pas les bruits qui vous entourent, mais vous pouvez être déconcentré alors que vous êtes au milieu de la circulation.

Porter des écouteurs vous expose à une amende de 135 euros tandis que téléphoner à vélo peut vous faire écoper d’une amende allant de 22 à 35 euros.

Ne pas conduire un vélo après avoir bu de l’alcool

Là encore, cela semble évident, mais pas pour tout le monde malheureusement. Pour ne pas vous mettre en danger et mettre en danger les autres usagers de la route, évitez de conduire après avoir bu de l’alcool. En cas de test d’alcoolémie, un taux de 0.2 mg/l vous expose à une amende.

Faire porter un casque aux enfants

Les enfants de moins de 12 ans doivent porter un casque à vélo et ce, qu’ils conduisent leur propre vélo ou que vous les transportiez à bord de votre vélo. Il en va de même pour ceux que vous transportez dans une remorque vélo. Le casque doit être certifié CE. En cas d’absence de casque vélo adapté chez l’enfant, l’adulte l’accompagnant ou qui est responsable de lui peut écoper d’une amende de 135 euros.

En plus du casque, les enfants transportés doivent être assis confortablement et bien attachés à leur siège.

A lire aussi – Mobilité cyclable : quelles sont les solutions pour les familles ?

Ne jamais rouler sur les trottoirs

Seuls les enfants de moins de 8 ans accompagnés d’un parent peuvent rouler à vélo sur le trottoir à une vitesse limitée. Les adultes n’en ont pas le droit.

Stationner au bon endroit

En ville, il existe des emplacements spécifiques pour garer son vélo. Il est conseillé de les respecter, car une bicyclette garée qui gêne la circulation peut se retrouver à la fourrière.

Enfin, un dernier conseil :

Il faut toujours anticiper le comportement des autres usagers de la route (autres véhicules et piétons). Le cycliste doit toujours être en alerte, bien observer son environnement et indiquer sa présence par un coup de klaxon ou par sa voix lorsqu’il rencontre des usagers rêveurs.

 

Comment apprendre le code de la route ?

Si vous utilisez régulièrement votre vélo, qui plus est en ville, mais que vous n’avez pas votre permis de conduire, il est fort probable que vous ne connaissiez pas le code de la route. Pourtant, connaitre les panneaux grace au code de la route est primordial pour éliminer les dangers. En effet, les risques liés aux accidents de vélo sont plus nombreux qu’on peut le penser. 

En tant que cycliste, il est de votre devoir de respecter le code de la route qui vous concerne, ainsi que d’anticiper les éventuelles erreurs de conduite des usagers. C’est pourquoi nous vous invitons à apprendre le code de la route. Cela pourra vous servir si vous décidez de passer votre permis de conduire un jour ou l’autre. Pour apprendre rapidement le code de la route, vous avez la possibilité d’acheter le livre et de le lire. Néanmoins, il est toujours nécessaire de faire des exercices pour être certain de bien agir dans toutes les circonstances. De ce fait, vous pouvez vous inscrire sur les sites qui proposent d’apprendre le code de la route en ligne. 

Depuis chez vous, vous avez accès à tous les cours et à tous les examens blancs. Vous pouvez ensuite passer votre code de la route en candidat libre et il sera valide pendant cinq ans. C’est l’occasion de vous préparer à passer votre examen du permis de conduire.

1 Comment
  1. Je m’excuse pour mon français, mais ce n’est pas ma langue maternelle.
    En Suisse et en Belgique en absence de piste/bande cyclable le vélo qui roule sur la chaussée et qui continue tout droit sur l’intersection, en restant à droit de la chaussée, a la priorité sur les voitures qui tournent à droit à une intersection.
    Quelle est la situation en France, car je ne trouve nul part l’information sur cela?
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *