Comment rester sec sous la pluie ?

comment-rester-sec-sous-la-pluie

4.6/5 - (5 votes)

Comment éviter de se mouiller en vélo durant la saison de pluie ? Il faut tout simplement bien s’équiper en emportant des vêtements et des accessoires prévus à cet effet. Avant de prendre la route, il est nécessaire de se renseigner sur les variations de température pendant l’hiver. Lorsque l’utilisateur d’un vélo est mouillé, il aura froid même si le temps n’est pas réellement mauvais. La température descendra au fur et à mesure qu’il avance et quand la fatigue survient, il sera assez proche de l’hypothermie. C’est pour cette raison qu’il est toujours recommandé de prévoir des habits chauds. Découvrez comment rester sec à vélo malgré la pluie.

Les vêtements de pluie pour rouler à vélo

Les vêtements de pluie pour rouler à vélo

Si la pluie arrive au cours d’un voyage, la meilleure solution est de s’arrêter dans un endroit pour se sécher. Des équipements spéciaux sont disponibles pour faire du vélo sous la pluie. Ils permettent de se protéger contre le froid, mais aussi contre l’humidité.

Pour le haut du corps

En partant de la tête jusqu’au niveau de la taille, voici les différents types d’articles vestimentaires contre la pluie qui s’offrent à vous :

  • Le couvre-casque :

C’est un accessoire en matière imperméable qui permet de mieux se protéger contre la pluie, de conserver une bonne visibilité sur la route et de garder ses cheveux au sec. Il ne risque pas d’alourdir le casque donc offre un port confortable. De plus, il ne prend que très peu de place donc pourquoi s’en priver ?

Lire aussi – Tout savoir sur le port du casque à vélo

  • Le poncho ou la cape :

C’est le vêtement imperméable idéal pour faire du vélo sous la pluie. Il protège tout le haut du corps puisque descend jusqu’au niveau de la taille. Il se compose d’une capuche avec ou sans visière, d’ailettes transparentes pour conserver une bonne vision latérale, de manches longues qui recouvrent tout le bras et d’un élastique ajustable pour maintenir le poncho contre le guidon et la selle. Sans ce dernier, le poncho, sous l’effet du vent, va partir de toutes parts et au final vous gêner. Mais même avec l’élastique, il aura tendance à créer un « effet parachute » en cas de vent fort et de vitesse élevée. Pour éviter cela, tâchez de rouler tranquillement.

Sur le marché, on en trouve de nombreux modèles. Certains ponchos couvrent jusque la partie avant du vélo tandis que d’autres ne couvrent que le cycliste, laissant ainsi les avant-bras et les mains exposés à la pluie. Rassurez-vous, il existe un autre accessoire pour les recouvrir : les manchons.

  • La veste imperméable :

Une veste de pluie, de préférence en gore-tex, sera largement capable de maintenir le corps au sec. Les modèles tels que le Gore-Tex Millet 350G, récemment remplacés par Trilogy, sont les plus fiables et les plus résistants. Ils limitent la prise de vent et possèdent une capuche ergonomique et ajustable pour se protéger la tête. Ces vestes sont particulièrement légères et n’encombrent pas la conduite du vélo. A savoir que le Gore-Tex est un tissu qui possède des propriétés étanches et coupe-vent. Cependant, les produits fabriqués avec cette matière sont assez coûteux. Pour renforcer la protection, l’utilisation d’un maillot en laine de mérinos est aussi conseillée ainsi que le port d’un pull polaire.

Si vous avez l’habitude de rouler avec un casque, mieux vaut opter pour un modèle sans capuche, mais il faudra porter un couvre-casque en parallèle.

Contrairement à la cape, la veste est plus ajustée au corps donc vous ne risquez pas d’effet parachute. Elle est généralement conçue avec une matière respirante pour évacuer la transpiration, car n’oubliez pas que la transpiration peut également mouiller le cycliste de l’intérieur. Et qui dit respirant dit aussi évacuation des odeurs gênantes de la sueur.

Sur le marché, on trouve de nombreux modèles. Certains disposent d’une partie dos plus longue. On les appelle les vestes techniques. Dans tous les cas, optez pour une veste de couleur vive ou pourvue de bandes réfléchissantes pour que les autres usagers de la route puissent mieux vous voir. Plus vous restez visible, plus vous serez en sécurité.

  • Les manchons :

Ils permettent de garder les mains au sec et au chaud durant la conduite du vélo. Pour qu’ils ne vous gênent pas, il faut les fixer au guidon du deux-roues. A défaut de manchons, de simples gants imperméables suffisent pour tenir le guidon correctement sans mouiller les mains.

Lire aussi – Vélo électrique : peut-on rouler dessus malgré la pluie ?

Pour le bas du corps

Puisque les ponchos et les vestes ne vous couvrent que jusqu’à la taille, il est conseillé d’opter pour d’autres articles afin de protéger les cuisses, les jambes et les pieds. Voici quelques idées :

  • Le pantalon ou sur-pantalon de pluie :

Porter un pantalon étanche lorsqu’on roule à vélo sous la pluie permet de garder le bas du corps au sec. Ce vêtement est assez large pour l’enfiler directement sur le pantalon qu’on porte. Tout comme la veste, il est conçu dans une matière respirante et imperméable. Certains sont pourvus de guêtres intégrées.

Si vous n’êtes pas très adepte des sur-pantalons, sachez qu’il existe actuellement des jeans ou des pantalons en twill recouverts d’un revêtement hydrofuge. Ce traitement leur permet de faire égoutter facilement l’eau de pluie. Comme le sur-pantalon, ils s’enfilent directement sur les autres vêtements et se ferment grâce à des boutons ou des fermetures éclair sur les côtés.

Les jambières vélo sont une autre alternative au sur-pantalon de pluie. Elles sont pourvues d’une ceinture que l’on porte autour de la taille et se déplient ensuite pour entourer les cuisses et les jambes à l’aide de velcros. La pose est rapide et efficace lorsqu’il ne pleut pas trop fort.

  • La jupe de pluie :

Evidemment, on s’adresse à ces dames. La jupe de pluie est un peu l’équivalent du poncho de pluie, mais pour le bas du corps. Elle s’enfile aussi bien sur une jupe, un short ou un pantalon et protège les jambes de la pluie et des éclaboussures.

  • Les sur-chaussures :

Savez-vous que lorsqu’on a froid aux pieds, cette sensation se propage très vite au reste du corps ? Voilà pourquoi il est important de protéger également les pieds contre la pluie. Si vous avez des chaussures étanches, c’est tant mieux pour vous, mais si le sur-pantalon ne vous couvre pas jusqu’au niveau des chevilles, l’eau peut s’infiltrer par là et mouiller quand même vos pieds.

Porter des sur-chaussures est donc conseillé. Ils s’enfilent directement au-dessus des chaussures. Rassurez-vous, vous pourrez continuer de pédaler normalement et même de faire descendre vos pieds au sol sans mouiller vos chaussures. On en trouve également de nombreux modèles dont ceux très colorés pour accroître sa visibilité à vélo. Certains sont même pourvus de bandes réfléchissantes.

Pour une protection optimale des pieds, pensez à porter des chaussettes en Gore-Tex dans vos chaussures. Elles les maintiennent au chaud et au sec.

Les vêtements de pluie pour ceux qui font du VTT

Pour les amateurs de randonnées en VTT, il est conseillé de porter des vêtements qui protègent aussi bien contre la pluie que contre la boue. Normalement, les vêtements pour vététistes sont assez amples pour plus de liberté de mouvement, mais lorsqu’il faut rouler sous la pluie, il faut opter pour des modèles spécifiques.

Les vêtements de pluie pour vététistes ont une coupe aérodynamique, c’est-à-dire plus ajustée au corps. Cela leur évite de flotter et de faire gaspiller de l’énergie inutilement au cycliste. Sachez effectivement qu’en cas de sensation de flottaison, la résistance à la prise de vent sera plus importante ce qui fait dépenser de l’énergie supplémentaire.

A part leur coupe, ces articles vestimentaires doivent être conçus dans des matières très respirantes, car le vététiste transpire plus sous les efforts déployés. Il est donc important que la transpiration soit évacuée efficacement pour rester au sec et au chaud.

Dans cette optique, voici quelques vêtements de pluie recommandés aux vététistes :

  • Le maillot :

On trouve actuellement des maillots imperméables et respirants, adaptés à toutes les températures. Certains sont à manches courtes, mais sous la pluie, il est mieux de choisir des modèles à manches longues. En cas de baisse de température, il faut penser à porter une bonne couche de base en-dessous du maillot.

N’oubliez pas que la protection avec une simple feuille de journal sous le maillot est redoutablement efficace pour arrêter le froid en vélo, simple et pas cher.

  • La veste :

Puisque la pluie rime souvent avec froid (sauf si vous roulez dans un pays tropical), il est important de porter une veste par-dessus le maillot. On en trouve de nombreux modèles sur le marché.

Parmi elles, il y a les vestes Shoftshell qui sont particulièrement adaptées. Elles comprennent différentes couches de matières associant le polaire à la veste de pluie classique. Elles sont également pourvues d’une membrane respirante. On peut également citer les vestes Hardshells qui sont mieux adaptées aux pires conditions météorologiques.

A lire – Vélo en hiver : les équipements pour se protéger du grand froid

Enfin, si vous n’aimez pas trop vous encombrer durant la randonnée, choisissez un de ces modèles de veste qui tiennent dans une poche. Elles sont hydrofuges et coupe-vent. Elles sont surtout conseillées lorsque vous roulez en automne, car à cette saison, un orage peut éclater à tout moment.

  • Le short et le pantalon :

Oui, il existe également des shorts et des pantalons imperméables pour vététistes. Ils sont imperméables et isolants pour une bonne protection de la partie basse du corps. La zone au niveau des fesses a des propriétés hydrofuges importantes, car l’eau provenant de la roue arrière a tendance à y atterrir. La mise en place d’un garde-boue vous évitera ce petit désagrément.

Lire aussi – Confort à vélo : conseils pour ne plus avoir mal aux fesses

Il faut souligner que ces vêtements sont moins isolants que les vestes et les maillots, car vos jambes auront tendance à se réchauffer naturellement sous l’effet du pédalage.

  • La combinaison :

Il existe effectivement des combinaisons de pluie pour VTT. C’est notamment le cas de la combinaison Endura MT500. Ce genre de vêtement offre une protection optimale durant les randonnées sur circuits boueux. Elles sont conçues avec des matières imperméables.

Leur grand avantage c’est qu’étant composées d’une seule pièce qui va de la tête aux pieds, elles empêchent l’eau et la boue d’atteindre vos vêtements au niveau de la zone située entre le bas de la veste et la taille du pantalon. Après usage, un premier nettoyage au jet d’eau est conseillé pour faire partir la boue.

  • Les gants et les couvre-chaussures :

Pour se protéger les extrémités des membres, ces accessoires sont indispensables.

Pour les gants, choisissez des modèles en cuir synthétiques ou des garnitures en caoutchouc. Non seulement, ils sont imperméables et coupe-vent, mais permettent de garder le contrôle du guidon même sous l’effet glissant de la boue. Autrement dit, ils sont très adhérents.

En ce qui concerne les couvre-chaussures, ils se portent sur des chaussures adaptées au VTT. Vous avez deux modèles principaux : les couvres-chaussures plus fins en latex ou ceux plus solides en néoprène.

Le port de chaussures spécialement conçues pour faire du vélo tout-terrain est fortement conseillé, car les couvre-chaussures ne sont pas vraiment efficaces à VTT puisqu’ils vont se salir rapidement. Ils sont juste portés en renfort, mais normalement, vos chaussures pour vélo tout-terrain devraient suffire pour protéger vos pieds du froid, de la pluie et des éclaboussures de boue.

Les équipements supplémentaires pour rouler à vélo sous la pluie

Les équipements supplémentaires pour rouler à vélo sous la pluie

A part les vêtements, d’autres équipements sont indispensables pour rester au sec lorsqu’on roule à vélo sous la pluie. De quoi s’agit-il ?

Les garde-boue

Ils vous protègent contre l’eau projetée par les roues. Non seulement, ces éclaboussures vous mouillent, mais elles sont également très salissantes puisque l’eau au sol est souvent mélangée à d’autres saletés comme du sable, de la boue, de l’huile … Et à part vous, la transmission du vélo peut également en souffrir au fur et à mesure que l’humidité et les saletés s’accumulent. Voilà pourquoi le garde-boue est essentiel. Tous les vélos vendus actuellement en sont généralement équipés, mais à défaut, il faudra s’en fournir.

Pour les VTT tout suspendus, la mise en place de garde-boue est plus complexe et pourtant cet élément reste important. Certains modèles disposent d’un cadre avec des œillets de garde-boue donc un modèle clipsable suffit. En l’absence de ces œillets (surtout sur les vélos de course), des garde-boue dotés de fixation en caoutchouc sont requis pour pouvoir les installer sur la fourche et sur la selle.

Il existe aussi de petits garde-boue réalisés uniquement pour la fourche et des modèles en plastique que l’on fixe directement sous la selle du deux-roues.

Un bon éclairage

Lorsque la pluie tombe, la visibilité n’est pas au beau fixe et la route est mouillée. Pour éviter les accidents, il vaut mieux s’équiper d’un éclairage puissant grâce à des réflecteurs. N’oubliez pas non plus les catadioptres et les bandes réfléchissantes pour rester visible.

A lire – Rouler à vélo : quelles sont vos obligations ?

Pour rappel, des bandes réfléchissantes doivent être installées au niveau des pédales pour que les autres usagers de la route comprennent vite que vous êtes à vélo. Certaines chaussures cyclistes en sont pourvues.

Dans tous les cas, le moyen le plus sûr pour éviter les accidents sous la pluie c’est de rester très prudent et de rouler doucement. Evitez également les flaques d’eau, car elles dissimulent généralement des nids de poule, faites attention aux plaques d’égouts et soyez très attentif en roulant sur des pavés.

Les housses imperméables pour vos affaires

Le cycliste n’est pas le seul qui ait besoin de protection en cas de pluie. Il fait aussi protéger vos affaires avec des housses imperméables. On en trouve pour les sacs de vélo, mais aussi pour les sacs à dos. La sacoche étanche est également une bonne alternative.

En ce qui concerne le vélo proprement dit, une housse de selle est conseillée pour garder l’assise au sec. Et si vous n’avez pas d’endroit couvert pour abriter votre vélo lorsqu’il est stationné, pensez à une bâche ou une housse imperméable pour vélo.

Nos derniers conseils

Après avoir roulé sous la pluie, il est important d’entretenir votre vélo, car l’eau est l’un de ses pires ennemis. Elle favorise la corrosion des pièces métalliques, elle pénètre partout et elle retire la graisse au niveau des roulements. Vous devez donc être attentif, surtout envers la chaîne et la cassette, les parties les plus exposées. Voici comment faire :

  • Nettoyez votre chaîne avec un chiffon enduit de dégraissant puis graissez-la à nouveau
  • Nettoyez la cassette avec une brosse pour retirer toutes les saletés

Pour graisser la chaîne, n’hésitez pas à appliquer une goutte d’huile pour chaîne au sein de chaque maillon. Déplacez-la ensuite en faisant quelques tours de pédale, laissez agir puis essuyer l’excès d’huile.

Concernant le cycliste, si vous devez vous rendre au travail à vélo, prévoyez toujours une tenue et des chaussures de rechange au bureau. Cela vous permettra de vous changer au cas où vos vêtements imperméables n’ont pas bien rempli leur mission.

 

A lire aussi

One Thought to “Comment rester sec sous la pluie ?”

  1. […] Et pour que votre conduite sous la pluie se passe bien, quelques équipements de protection spécifiques vous sont nécessaires. On cite notamment : […]

Leave a Comment

*

code