Quels sont les problèmes de santé liés à la pratique du vélo ?

Quels sont les problèmes de santé liés à la pratique du vélo ?

4.5/5 - (2 votes)

Nous le savons tous, le vélo est un allié santé performant. Il agit positivement, tant sur le physique que sur le mental. De nombreux médecins recommandent sa pratique à leurs patients, justement parce qu’il aide à maintenir une bonne santé. Ce que nous savons moins c’est qu’une pratique inadaptée du vélo peut engendrer des problèmes de santé. On vous dit lesquels.

Les effets du vélo sur la santé

Les effets du vélo sur la santé

Faire du vélo, même lorsqu’il s’agit de vélo à assistance électrique, permet de faire des activités physiques. En tant que tel, sa pratique est largement souhaitée.

Contrairement aux autres sports comme le jogging, la marche, le basket-ball … le cyclisme préserve davantage les articulations portantes de tout impact au sol. Pour cause, en pédalant, le cycliste reste assis sur la selle et les pneus et amortisseurs atténuent son contact avec le sol. Grâce à cela, le corps est à l’abri des problèmes liés à la (sur)charge pondérale. Voilà pourquoi on le recommande aux personnes souffrant de surpoids ou d’obésité et en plus, il permet de perdre du poids. Mais ce n’est pas tout puisque même si on souffre de douleurs aux articulations ou encore au dos, sa pratique reste bénéfique.

Consultez d’autres articles pour découvrir les effets du vélo sur la santé :

Cependant, comme à peu près tout, la pratique intensive du vélo peut générer quelques problèmes de santé surtout en cas de mauvais réglage de la selle ou d’une mauvaise posture prolongée. On parle d’inadaptation du couple homme-machine. Dans ce duo, c’est le vélo qui doit être ajusté pour s’adapter au cycliste et non pas le contraire.

Afin d’éviter les problèmes, il est conseillé de toujours bien réglé le cycle avant de grimper dessus. En ce sens, vous devez :

  • bien choisir le vélo qui vous convient en fonction de son usage et de sa fréquence d’usage
  • ajuster le vélo selon la discipline pratiquée
  • bien régler le vélo de sorte à maintenir une bonne posture durant la conduite
  • choisir une selle ergonomique

Le fait de rouler en mauvaise posture sur un court trajet et à titre ponctuel ne peut pas vous faire de mal. Par contre, si vous l’adoptez de manière prolongée et à chaque sortie, le corps sera soumis à un stress régulier qui peut générer des microtraumatismes, des courbatures, des douleurs au niveau des fesses, des cuisses, des bras, du dos … Il y a également ce qu’on appelle le feu aux pieds, bien connu des cyclistes professionnels.

Les problèmes de santé que peuvent causer une pratique inadaptée du vélo

Lorsqu’on fait du vélo, l’ensemble du corps est sollicité, même le cerveau. On sait d’ailleurs que le cyclisme a des effets bénéfiques sur nos fonctions cérébrales. Au niveau physique, les problèmes les plus souvent rencontrés se situent au niveau du genou, des mains et du dos montant jusqu’au cou.

A lire – Cyclisme et jeu : des sports cérébraux ?

Les pathologies courantes qu’occasionne le vélo au niveau des genoux

Les pathologies courantes qu’occasionne le vélo au niveau des genoux

Ressentir une douleur au niveau du genou est fréquent chez les cyclistes puisque c’est l’articulation la plus sollicitée lorsqu’on pédale. Au fil des ans, les mouvements de flexion et d’extension que le pédalage requiert peuvent engendrer :

  • un syndrome rotulien :

C’est un syndrome bénin qui se manifeste par une douleur localisée à l’avant du genou, plus précisément entre la rotule et le fémur, en dessous du quadriceps. Elle est assez diffuse du coup le cycliste ne peut pas la localiser avec exactitude.

Quelle en est la cause ? Il peut être causé par des manivelles trop longues, un braquet trop gros, un réglage inadapté de la selle, une mauvaise technique de pédalage ou encore un déséquilibre musculaire.

Pour la soulager, prenez un sac de glace puis appliquez-le sur le genou endolori lorsque vous êtes au repos. Si la douleur est vraiment intense, consultez votre médecin. Il peut vous prescrire des anti-inflammatoires et des antalgiques.

  • un syndrome de l’essuie-glace :

On l’appelle aussi tendinite du tenseur fascia-lata ou TFL. Il se traduit par une inflammation de la bandelette ilio-tibiale qui va de la partie externe de la hanche vers la partie supérieure du tibia. Il se reconnaît par une douleur localisée au niveau de la face externe du genou. Cette dernière se fait ressentir lorsque la tubérosité du condyle latéral se frotte à l’os durant les flexions et extensions répétitives du pédalage.

Quelle en est la cause ? Ce syndrome est souvent généré par un genou varum, un effort trop soutenu et trop prolongé avec beaucoup de dénivelé, une selle placée trop haute, l’arrière du pied qui est tourné vers l’intérieur ou encore un axe jambier non aligné.

Pour y remédier, il faut se mettre au repos et appliquer de la glace sur la zone douloureuse. Il est également possible de faire appel à la kinésithérapie, de faire quelques étirements sans trop forcer et d’appliquer un anti-inflammatoire local.

  • une tendinite de la patte d’oie :

La patte d’oie se situe en dessous du genou, au niveau de la face interne. On y trouve trois tendons à savoir le gracillus, le semi tendineux et le sartorius. Lorsqu’on souffre de cette pathologie, on ressent une vive douleur sous le genou, juste au-dessus du tibia.

Quelle en est la cause ? La tendinite de la patte d’oie peut également être causée par un mauvais réglage de la selle ainsi que des cales. Une mauvaise technique de pédalage ou encore une orientation du pied vers l’extérieur peuvent aussi l’entraîner.

Pour soulager la douleur, mettez-vous au repos et appliquez de la glace. Vous pouvez aussi faire des exercices d’étirements qui ciblent cette partie de la jambe ou vous masser à l’aide d’un rouleau en mousse. Cela devrait suffire pour la faire disparaître, mais si elle persiste, consultez un médecin.

Les pathologies courantes qu’occasionne le vélo au niveau des mains

Les mains qui maintiennent le guidon ne sont pas non plus épargnées par quelques douleurs. La pathologie la plus courante est appelée syndrome du canal carpien. Cela se manifeste par des picotements, des fourmillements, une diminution de la force, un trouble de la sensibilité, une sensation de décharge électrique surtout au niveau des quatre ou trois premiers doigts. La décharge peut être ressentie jusqu’au niveau de l’avant-bras.

Quelle en est la cause ? Cela est généralement causé par la position des mains au niveau du guidon. Plus précisément, en cas d’hyperflexion du poignet, lorsqu’on appuie fort sur le cintre, cela génère une compression du nerf médian lorsqu’il passe dans le canal carpien. Il faut éviter cette hyperflexion pour ne pas ressentir les symptômes cités ci-dessus. Le syndrome du canal carpien est surtout courant chez les vététistes.

A part ce syndrome, les cyclistes peuvent aussi être sujets à des crampes au niveau de la main. Notez qu’une déshydratation, une mauvaise alimentation ou un échauffement insuffisant favorisent leur apparition.

Enfin, des tendinites au niveau du coude peuvent aussi apparaître à cause d’une demi-flexion prolongée de cette articulation.

A lire aussi – Le vélo en été : conseils pour rouler malgré la forte chaleur

Les pathologies courantes qu’occasionne le vélo au niveau du dos et du cou

Les pathologies courantes qu’occasionne le vélo au niveau du dos et du cou

A force de se tenir assis sur la selle, le dos et le cou peuvent en souffrir. Les problèmes fréquents remarqués sont :

  • les cervicalgies :

Lorsqu’on conduit un vélo, les muscles du cou doivent maintenir la tête en extension pendant une longue durée. Cette hyperextension va générer des tensions intenses au niveau de la nuque.

Les vibrations ressenties lorsqu’on roule à vélo favorisent l’apparition des cervicalgies. On peut également citer le mauvais réglage de la selle, un mauvais positionnement du guidon ou un guidon trop large, une potence trop courte ou trop longue …

  • les lombalgies :

Beaucoup de cyclistes en souffrent. Elles se traduisent par des douleurs au niveau de la région lombaire causées par une détérioration de quelques éléments de la colonne vertébrale. Il peut s’agir d’un muscle ou d’un ligament situé au niveau des vertèbres lombaires.

La principale cause des lombalgies vient d’un braquet trop gros. Cela va générer une forte pression sur la colonne vertébrale, notamment au niveau des disques L5/S1. La pression sera encore plus intense lorsqu’on pédale en danseuse durant une montée ou lorsqu’on fournit des efforts trop intenses. Un mauvais réglage de la selle, des pédales, du cintre … peuvent également être en cause.

Les pathologies digestives pouvant être liés au vélo

Aussi surprenant que cela puisse vous paraître, rouler à vélo peut également entraîner quelques troubles digestifs chez les cyclistes. Les plus courants sont :

  • la diarrhée :

Il peut s’agir de la diarrhée causée par le stress avant une compétition, mais aussi après une course. Il faut comprendre que durant l’effort, le colon n’est plus assez vascularisé puisque le sang afflue alors vers les parties du corps les plus sollicitées. Lorsque le cycliste cesse de pédaler, le sang quitte les muscles pour re-vasculariser le colon. Cela favorise alors la survenue de diarrhées.

  • la constipation :

Elle est généralement due à la sédentarité du cycliste lorsqu’il roule non-stop sur une longue distance. Il faut effectivement garder en tête que le cycliste, qu’il adopte une posture droite, couchée ou allongée, ne marche pas souvent. Le colon est alors peu sollicité d’où les problèmes de constipation.

  • le reflux gastro-oesophagien :

A cause de sa posture, le cycliste souffre d’une pression abdominale et d’une position antéfléchie de l’estomac. Cela favorise la remontée des aliments et du liquide d’où la sensation de brûlure souvent caractéristique du RGO.

  • les hémorroïdes :

Elles sont, le plus souvent, reliées aux problèmes de constipation réguliers et à la compression de la selle du vélo. Attention, si vous utilisez des pommades pour les soulager et que vous comptez participer à une compétition, assurez-vous que les produits utilisés ne contiennent pas de substances pouvant être testées positives durant le contrôle anti-dopage.

Lire aussi – Confort à vélo : conseils pour ne plus avoir mal aux fesses

Les problèmes digestifs liés au vélo surviennent souvent après ou durant une pratique prolongée.

D’autres problèmes de santé liés au vélo

D’autres problèmes de santé liés au vélo

A part les pathologies que l’on vient de citer, la pratique prolongée du vélo peut également générer :

  • des contractures au niveau du quadriceps en cas d’efforts trop importants.
  • de la douleur thoracique surtout chez ceux qui pédalent en danseuse. Cela est dû à une forte sollicitation du muscle grand dentelé, situé au niveau du thorax. Ces douleurs ne doivent jamais être négligées, car elles peuvent être causées par des problèmes cardio-vasculaires.
  • le feu au pied : il s’agit d’une sensation de brûlure au niveau de la plante des pieds. Tous les cyclistes chevronnés l’ont forcément déjà ressenti, au moins une fois. Le feu au pied est souvent causé par des chaussures inadaptées et des changements du retour veineux. A lire – Comment éviter l’échauffement du pied à vélo ?
  • des brûlures mictionnelles, voire la présence de sang dans les urines à cause d’une compression prolongée de l’urètre chez le cycliste. Ceux qui pédalent en « bec de selle » sont les plus touchés.
  • des conjonctivites : même si vous portez des lunettes spécifiques, il est important de bien se rincer les yeux avec un produit adapté après un long trajet. Cela permet de retirer d’éventuelles saletés logées au creux de l’œil comme la poussière ou les graminées et d’apaiser les yeux après avoir été exposés au vent, à la pluie …

des problèmes veineux : durant l’effort, les veines gonflent ce qui nécessite une récupération active après le pédalage. Vous pouvez par exemple faire de la cryothérapie, porter des bottes de pressothérapie, faire un drainage veineux ou une contention veineuse … Le but est d’améliorer le retour veineux.

A lire aussi

Leave a Comment

*

code