Draisienne : tout savoir sur la draisienne

Draisienne : tout savoir sur la draisienne

4.5/5 - (2 votes)

La draisienne est un genre de vélo que tous les parents d’enfants en bas âge connaissent. On la qualifie de vélo d’apprentissage parce que c’est grâce à lui que les tous petits apprennent les bases de la bicyclette. Ces dernières années, ce véhicule à deux-roues a de plus en plus la cote et de nouveaux modèles plus stylés apparaissent. Les principes restent quand même inchangés. Voici ce qu’il faut savoir sur la draisienne.

Histoire de la draisienne

Histoire de la draisienne

La draisienne, a été inventée en 1817 par Karl Von Drais, un baron badois. Ce dernier l’a appelé la « Laufmaschine ». Il l’a conçu pour pallier le manque de chevaux qui étaient, à cette époque, les principaux modes de locomotion.

Dès cette époque, le principe était simple : rouler à bord de l’engin, mais en s’aidant de ses pieds pour le propulser et pour freiner. Le guidon, quant à lui, sert à se maintenir et à s’orienter. Aujourd’hui, on peut dire que cet engin est à mi-chemin entre une bicyclette et une trottinette.

Lorsque la « Laufmaschine » débarque en France, les premiers modèles furent baptisés vélocipède. En Angleterre, c’est sous le nom de « hobby horse » qu’elle se fait connaître. Dans tous les cas, elle est considérée comme l’ancêtre du vélo.

La draisienne a connu un grand succès pendant quelques années pour ensuite laisser la place à d’autres versions plus modernisées. Son principal successeur était le vélocipède à pédales.

La draisienne rencontre à nouveau le succès

Après avoir disparu pendant longtemps, l’entreprise allemande Kokua relance à nouveau la tendance de la draisienne en 1997. Elle propose des modèles plus évolués, mais sous forme de  vélos sans pédales et les rebaptise « Likeabike ». Elle lance également un nouveau concept : concevoir uniquement des draisiennes pour les jeunes enfants à partir de deux ans.

Au fil des ans, d’autres sociétés ont rejoint la nouvelle tendance et petit à petit, la draisienne est devenue le vélo d’apprentissage pour les tous petits. Il est aujourd’hui rare, voire impossible, de trouver des modèles pour adultes.

A lire aussi – Le vélo : les bonnes raisons de s’y mettre

La draisienne : le vélo d’apprentissage pour enfants

La draisienne : le vélo d’apprentissage pour enfants

C’est effectivement son principal rôle d’aujourd’hui. Les parents et éducateurs l’ont bien compris. Certes, les enfants peuvent apprendre à faire du vélo avec les bicyclettes dotées de petites roues, mais il a été démontré qu’avec ces modèles, le passage au vélo sans petites roues devient plus difficile. Avec la draisienne, l’évolution est plus rapide puisqu’elle permet aux jeunes enfants d’apprendre la base indispensable pour rouler à vélo : l’équilibre.

En effet, apprendre l’équilibre est la partie la plus difficile lorsqu’on veut faire du vélo. Chez les jeunes enfants qui roulent en draisienne, l’apprentissage se fait pourtant naturellement et surtout, de manière plus ludique puisqu’ils apprennent en s’amusant. A bord de l’engin, il rétablit automatiquement l’équilibre du poids de son corps en fonction de son ressenti et du mouvement du guidon sans qu’on lui dise comment faire. C’est un réflexe naturel qu’il va développer par lui-même.

Lire aussi – Comment choisir une draisienne ?

A part l’équilibre, la draisienne leur apprend aussi à :

  • Développer leurs réflexes :

Malgré la facilité apparente qu’offre ce deux-roues, sachez que la draisienne exige plus d’efforts qu’on ne le pense puisque l’enfant découvre le démarrage et l’arrêt, la vitesse, les directions, le freinage … C’est l’ensemble de son corps qui s’éveille y compris son cerveau puisqu’il devra réfléchir à ce qu’il doit faire dans diverses situations : quand faut-il s’arrêter, quand descendre les pieds, quand tourner à gauche ou à droite, comment tourner le guidon, comment avancer sur ce deux-roues, comment rouler plus vite …

Pour lui, c’est avant tout un jouet et un loisir, mais derrière tout cela, la draisienne est un véritable outil d’apprentissage qui aide l’enfant à se développer et à s’épanouir.

Lire aussi – Pédaler pour être heureux : un fait scientifiquement prouvé

  • Coordonner son corps :

Savez-vous que tout ce qui nous paraît naturel et inné chez nous, les adultes, s’apprend du tout au tout chez les jeunes enfants ? C’est notamment le cas pour marcher, manger des aliments solides … Avec la draisienne, c’est la coordination de ses membres que l’enfant découvre. Pour rouler avec, il devra d’abord l’enfourcher puis utiliser ses mains pour orienter le guidon et ses pieds pour avancer. Sachez que pour eux, ce sera bien plus difficile et moins évident, mais ils apprennent rapidement et leurs réflexes s’installent assez vite.

Aux gestes de son corps, il devra ensuite rajouter sa capacité à réfléchir pour éviter les obstacles et s’orienter tout seul.

A lire – Cyclisme et jeu : des sports cérébraux ?

  • Devenir plus autonome :

Avant, pour sortir avec votre enfant, vous devez, soit le porter, soit le pousser dans sa poussette. Cela limite ses mouvements et l’empêche de découvrir les divers mouvements que son petit corps peut faire. Avec la draisienne, il est aux commandes et expérimente le monde par lui-même y compris celui de tomber ou de se faire mal. Vous devez juste veiller à ce qu’il ne se fasse pas trop mal, mais d’une certaine manière, cela fait partie de son apprentissage.

Petit à petit, votre petit bout devient plus indépendant et aussi plus confiant. Certains deviennent même plus intrépides, mais c’est pour eux, une manière de développer leur personnalité.

Enfin, n’oublions pas de souligner que pour les parents, c’est un moyen pour pouvoir se promener avec leurs enfants sans devoir les porter. Ces derniers se feront d’ailleurs un plaisir de suivre librement leurs parents en avançant à leur rythme.

Lire aussi – Mobilité cyclable : quelles solutions pour les familles ?

A partir de quel âge l’enfant peut utiliser la draisienne ?

Idéalement, à partir de deux ans, mais dès que l’enfant sait marcher tout seul, on peut lui offrir une draisienne. Tout dépend de son développement physique et mental. Chez les enfants précoces, l’apprentissage peut se faire à partir de 18 mois.

L’utilisation de la draisienne doit précéder l’achat d’un tricycle ou d’un vrai vélo avec pédales. Sur le marché, on trouve de nombreux modèles dont ceux très bas pour les tous petits. L’enfant peut l’utiliser tout seul dès qu’il arrive à bien se tenir sur ses jambes et à marcher tout seul. Il faut simplement trouver un modèle à sa taille, c’est-à-dire une draisienne qu’il peut enfourcher facilement et qui lui donne la possibilité d’appuyer ses deux pieds au sol. S’il n’a pas assez d’appui, le risque de chute est plus important et il ne peut pas avancer puisqu’il doit utiliser ses deux pieds pour se propulser.

En moyenne, l’enfant cesse d’utiliser la draisienne à partir de 3-4 ans pour passer au tricycle ou à la bicyclette. Comme il maîtrise déjà l’équilibre, son nouveau deux-roues va lui permettre d’apprendre autre chose comme le pédalage.

A lire – Quels sont les différents types de vélo ?

La draisienne intégrée dans le programme scolaire

Vu tous les avantages qu’elle apporte, l’Education Nationale a reconnu la draisienne comme un véritable outil d’apprentissage. Elle est d’ailleurs intégrée dans le programme scolaire des maternelles depuis septembre 2015.

Il ne faut donc plus hésiter à en acheter une à votre enfant. Les modèles et les marques sont nombreux sur le marché. Les design sont aussi plus innovants et certains sont des modèles évolutifs sur lesquels on peut rajouter des pédales plus tard.

Lire aussi – Faire du vélo en vacances : les conseils pratiques qu’il vous faut

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code