Qu’est-ce qu’un vélo monoroue ou une gyroroue?

Qu’est-ce qu’un vélo monoroue ou une gyroroue?

4.2/5 - (4 votes)

Quand on parle de vélo monoroue, cela nous fait penser au monocycle : le célèbre véhicule un-roue dans les numéros de cirque. C’est un engin qui entre en contact avec le sol par le biais d’une seule roue. En aperçu, les deux sont à peu près similaires, à la petite différence que l’une vous fait déplacer par voie mécanique et l’autre par le biais du moteur. Zoom sur la monoroue, aussi appelée gyroroue.

Qu’est-ce que le monocycle ?

C’est un véhicule qui réclame une forte gestion d’équilibre, car celui qui roule dessus s’appuie juste sur une selle tout en pédalant sans chaîne. Le modèle est plutôt classique avec sa forme mécanique.

Les fonctionnalités du monocycle ont évolué, car les besoins en usage se sont multipliés avec le temps. Il ne se limite plus à l’univers du spectacle de cirque. Les jeunes d’aujourd’hui en raffolent et en pratiquent en guise de sport de loisir. Certaines disciplines ont même vu le jour comme le trial (un sport osé et dangereux réclamant un dépassement des limites) et le street (des parcours d’obstacle) via. Il y a aussi le mono-basket qui n’est autre que le basket-ball sur une roue.

En contemplant la morphologie d’une monoroue, on peut dire que c’est la jumelle du monocycle. Les deux sont pareils tout en étant différentes, car les attentes et la nature d’usage sont distinctes.

La monoroue, une revisite du monocycle

La monoroue, une revisite du monocycle

La mobilité en faveur de la locomotion est un sujet qui intéresse tout le monde y compris les constructeurs d’engin de déplacement personnel. Ces derniers ont eu une idée de génie : créer une roue motorisée pour réaliser les trajets en ville.

La gyroroue est née et rencontre un succès auprès des citadins. Si vous êtes à l’aise avec la sensation de glisse, coulissez dans les rues comme si vous faites du monoski alors adoptez-la. C’est aussi une occasion pour faire du free-style, du ski, du wheeler …

La monoroue est un véhicule électrique conçu pour circuler et se déplacer sans devoir marcher comme les piétons.

Elle se faufile facilement sur les routes goudronnées et les pavées et roule tel un marcheur turbiné sur les trottoirs. C’est un autre de ses avantages, car à bord de cette roue, son utilisateur peut utiliser les trottoirs.

Son fonctionnement est un peu différent de la roue mécanique vu que c’est un engin électrique. Grâce à cet unicycle, l’époque du pédalage à l’arrache-pied pour maintenir un équilibre est terminée.

Comment fonctionne la gyroroue ?

Projeté par un moteur, ce véhicule est beaucoup plus évolué que le monocycle. Son amélioration est basée sur la vélocité et l’équilibre.

En vitesse, elle peut parcourir jusqu’à 25 km par heure. Il faut juste bien recharger sa batterie avant toute sortie au risque de le trimballer en cas de panne.

En équilibre, il est plus fiable que les bicyclettes et scooter puisqu’il est équipé d’un système d’auto-équilibrage.

Grâce à ses gyroscopes, sa capacité d’emport est assez élevé. Il faut d’ailleurs souligner que le mode gyroscopique est capable de stabiliser l’équilibre en répartissant le poids vers le milieu de l’appareil. Ce système facilite la montée sur l’engin.

Le déplacement sur inclinaison est simple étant donné qu’une carte mère est introduite pour pister et anticiper cet angle.

Pour ce qui est de son poids, ce dernier se situe en moyenne entre 10 et 27 kg. Les fabricants font de leur mieux pour le rendre plus léger, mais pour un modèle vraiment performant et plus autonome, il faut opter pour une monoroue plus lourde, aux environs de 35 kg. Ces modèles sont dotés d’un plus gros moteur, ce qui explique leur poids.

En savoir plus sur le fonctionnement de la gyroroue

Pourquoi faut-il adopter la gyroroue ?

Pourquoi faut-il adopter la gyroroue ?

Avec les embouteillages, les soucis de parking, les problèmes de pollution, le déplacement vers les lieux de travail et la facture liée à l’usage des véhicules thermiques dans le milieu urbain, la Gyroroue devient un véhicule intéressant.

Avec un gabarit plus petit, il réduit les encombrements en ville et permet de se faufiler facilement entre les lignes de voitures. Attention toutefois de bien faire attention et de respecter les lois en vigueur pour son utilisation.

Il est aussi 20 fois plus rapide qu’un piéton et peut (sauf législation spécifique émise par la commune) être utilisé sur les trottoirs.

Enfin, c’est un moyen de déplacement ludique, car il nous permet de prolonger les saisons de ski, mais sur route. Notez seulement qu’il a besoin de pistes dégagées donc à éviter lorsque les routes sont recouvertes de neige.

Une roue électrique pour qui ?

Tout le monde peut utiliser une roue électrique, mais il est vrai que les jeunes sont les plus séduits.

Dans les magasins, les rayons se vident rapidement, car les jeunes sont très enthousiastes d’essayer cette innovation. Les adultes, quant à eux, s’y intéressent surtout parce qu’il leur permet d’éviter les embouteillages. Le déplacement depuis la maison vers les lieux d’emploi est ainsi devenu plus rapide  et ils n’auront plus à dépenser une fortune pour l’essence.

A lire – Guide d’achat : comment choisir sa gyroroue ?

Quels sont ses atouts par rapport aux deux-roues ?

Quels sont ses atouts par rapport aux deux-roues ?

La roue électrique procure une plus grande liberté des mains. Elle évite la tenue du guidon, ce qui nous évite, dans une certaine mesure d’avoir des ampoules ou des courbatures au niveau des bras.

Il est aussi plus petit ce qui le rend plus fluide dans la circulation, mais tout comme les deux-roues, son utilisateur doit faire très attention, car sans carrosserie pour le protéger, il reste un maillon faible.

A lire – Quelques conseils de sécurité en gyroroue

Par rapport aux vélos et aux scooters, il est autorisé à rouler sur les trottoirs, mais à une vitesse limitée. Il faut toutefois se renseigner sur les règles en vigueur, car ces dernières peuvent changer d’une ville à l’autre.

Enfin, une monoroue est fluide, ludique et légère. Elle n’est pas concernée par les redevances imposées par la municipalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code