VAE : un contrôle des vitesses sera programmé

Quelques changements dans la loi régissant le VAE

Malgré la présence de la batterie électrique, le VAE est assimilé au rang des bicyclettes classiques à condition qu’il ne dépasse pas une certaine puissance et vitesse. Tant que le fabricant et le cycliste respectent ces conditions, les usagers peuvent rouler avec sans besoin de permis ou de plaque d’immatriculation. Les autorités se sont toutefois rendues compte qu’entre la vitesse annoncée par le fabricant et la vitesse réelle du vélo sur le terrain, il y a parfois une grosse différence d’où la nécessité de ce contrôle.

Des changements au niveau de la loi

Après avoir menée une enquête sur la conformité des VAE par rapport aux normes en vigueur, quelques changements ont été apportés à la loi régissant ces moyens de locomotion. Parmi les changements majeurs, on cite le fait que tous les vélos électriques pouvant rouler à plus de 25 km/h doivent porter une plaque d’immatriculation. Tous ceux qui les conduiront devront, quant à eux, avoir le permis et porter un casque.

Nouvelle règlementation sur les vélos électriques

Lancement d’une campagne de contrôles

Malgré ces changements, le gouvernement ne compte pas s’en contenter puisqu’il a lancé une campagne de contrôles à larges échelles. Cette campagne a pour objectifs de vérifier auprès du fabricant :

  • si les vitesses déclarées sont bien celles du vélo lorsqu’on le met en marche
  • si les normes de vitesse sont respectées
  • si les vitesses maximales déclarées sont réelles

Le déroulement de la campagne

Pour mener à bien ce contrôle, le gouvernement va prélever des échantillons de vélos auprès de différents points de vente. Les différents modèles regroupés seront ensuite testés d’abord d’un point de vue technique par un laboratoire externe puis d’un point de vue administratif par l’administration elle-même. Une fois ces tests de vérifications effectués, les autorités prendront les mesures qui s’imposeront.

Les points soulevés

Les contrôles visent, en premier lieu, à optimiser la sécurité des cyclistes et des autres usagers de la route. D’ailleurs, durant les contrôles, différents points seront soulevés tels que :

  • les batteries
  • les freins
  • les roues
  • la puissance maximale autorisée
  • la vitesse

Vélo électrique : quelques changements dans le texte de loi

Cela signifie que malgré son caractère critique, la campagne n’a pas été lancée pour ennuyer les fabricants. Selon ses responsables, parmi les buts poursuivis, il y a le souhait de remettre un peu d’ordres dans ce secteur. Il faut effectivement savoir que depuis quelques années, les VAE se sont rapidement multipliés sur le marché tant et si bien qu’il est désormais difficile de reconnaître les modèles en norme et hors-normes. Il faut donc y voir un moyen pour corriger les petits fraudeurs qui seraient tentés de déclarer une vitesse moindre pour ne pas avoir à suivre une règlementation trop stricte.

En faveur des usagers

Si pour les fabricants, la nouvelle peut être moins bonne, les cyclistes devraient s’en réjouir puisque cela leur éviterait bien de déboires. En achetant un vélo électrique déclarée à la bonne vitesse et à la bonne puissance, ils sauront d’emblée à quoi s’attendre et seront plus précautionneux.

A lire aussi

Leave a Comment

*

code