Même avec la pollution, la pratique du vélo reste bénéfique pour la santé

vélo pour la santé

L’Institut de veille sanitaire a affirmé que pratiquer du vélo, même en pleine ville où règne la pollution, a des bienfaits sur la santé.

Les effets bénéfiques du vélo sur la santé sont nettement au-dessus des risques inhérents au fait de respirer l’air pollué dans l’atmosphère ainsi qu’à la forte exposition aux accidents routiers, du moins si l’on se réfère à l’étude effectuée par l’Institut de veille sanitaire qui a été publiée mardi.

vélo pour la santé

Cette étude entre dans le cadre d’un programme européen de recherche dit « Tapas ». Elle a été menée dans l’agglomération de Barcelone qui abrite 3.2 millions d’habitants. Le but était d’évaluer l’impact qu’aurait globalement la réduction des trajets en voiture sur la santé, si les moyens de déplacement actifs étaient davantage privilégiés (marche à pied, vélo, transports publics…).

Toujours au cœur de l’écologie

De nombreux scénarios ont été étudiés, en particulier les effets sur la santé de l’instauration en 2007 du libre service en réseau municipal de vélos. Audrey de Nazelle, chercheuse française et attachée à l’Imperial College de Londres, ayant participé à ce travail, s’est également penchée sur de nombreuses hypothèses pour réduire l’usage de voiture comme mode de déplacement, au profit d’autres moyens comme les transports en commun et la marche.

Elle indique que, dans tous les scénarios possibles, il s’avère donc que la pratique du vélo demeure bénéfique pour la santé. Il s’agit là du passage au mode de transport passif au mode actif et ces effets sont nettement supérieurs aux risques liés à l’accroissement de l’inhalation d’air pollué ou à une importante exposition aux accidents de la route.

12 décès évités chaque année

Toujours d’après cette étude, la mise en place du système de vélos en libre-service aurait non seulement des bienfaits sur la santé, mais permettrait aussi de réduire le taux de décès et d’éviter la mort de 12 personnes chaque année. En effet, l’accroissement du taux de décès suite à un accident de la route est de 0.03 et l’inhalation de polluants présents dans l’atmosphère au cours de ces trajets accroîtrait les décès de 0.13 par an.

Selon les estimations en France, le vélo ne représente que 2 à 15% des transports dans les grandes villes. Dans d’autres villes d’Europe, (notamment dans le nord), le taux franchit le cap des 20%. En France, les pouvoirs publics encouragent fortement l’adoption du mode de transport à vélo, comme l’a annoncé Ségolène Royal, ministre de l’environnement, la semaine dernière.

Les effets bénéfiques sur la santé de la pratique du vélo ou de la marche à pied sont donc indéniables. Selon la chercheuse, les impacts positifs de la pratique d’une activité  physique seraient accrus grâce à des modes de déplacement actif. Une personne qui se déplace souvent à vélo ou à pied voit les risques de maladies cardiovasculaires, de démences, de diabètes de type 2 et cancers du sein du côlon nettement réduits.

Outre les perspectives de développement durable, voilà donc une raison de plus de se mettre aux modes de transport écologiques.

 

 

A lire aussi

3 Thoughts to “Même avec la pollution, la pratique du vélo reste bénéfique pour la santé”

  1. […] pour faire du vélo alors qu’il est plus plaisant d’en faire dans le parc, sur la plage, … ? Quel que soit l’itinéraire choisi, il faut savoir que le vélo est un grand allié de la santé. Seulement 30 minutes par jour à raison de 5 fois par semaine et vous pouvez dire Au revoir aux […]

  2. […] Cela signifie que voyager à vélo n’est pas forcément mauvais pour sa santé, puisqu’au contraire, cela vous redonnera des forces, vous fera bouger votre corps et votre cœur et vous fera, en plus perdre du poids pour garder la forme. […]

  3. […] le vélo électrique est un véhicule sain et écologique. Il est équipé d’une batterie pour fonctionner, mais le seul, carburant dont il a besoin est le […]

Leave a Comment

*

code