Jérémy Morel : comment il va depuis son accident ?

triathlète professionnel

 

Jérémy Morel, le triathlète professionnel Dracénois a été percuté par une voiture samedi avant la compétition Ironman 70.3 Norvège alors qu’il se préparait pour le parcours cyclisme, épreuve décisive pour les championnats du monde Ironman 70.3.

 

Le contexte de l’accident

À cause du transport aérien qui a pris du retard, le triathlète a reçu son vélo à la dernière minute d’où cette préparation tardive, le jour précédent la compétition. Pour être sûr que son vélo était au top, l’homme a décidé de partir en reconnaissance pour effectuer les derniers réglages. Malheureusement, au bout de 3 km seulement, une voiture lui refuse la priorité le percute et c’est dans une clinique spécialisée que Jérémy Morel ira finir cette sortie de préparation. Le jeune homme raconte qu’avant de tomber à terre, l’homme n’a vu le véhicule que trop tard, qu’il a tenté de freiner, de crier pour que le chauffeur s’arrête, mais en vain. Le choc fut inévitable et les résultats ne sont pas négligeables.

Verdict de l’histoire

Jérémy Morel sort de l’accident avec le triceps coupé et le matériel cassé. Il est d’abord transporté à l’hôpital avant d’être transféré dans une clinique privée. Là, on lui fait passer un scanner et malheureusement, le triathlète a dû se résigner au fait qu’il ne pourra pas nager pendant trois semaines, faire du vélo pendant 15 jours et courir pendant 15 jours. Malgré cette mauvaise nouvelle, le jeune homme reste positif et compte reprendre l’entrainement au plus tôt sans toutefois prendre de risque. Il est même déjà impatient de reprendre la route à vélo et ce, malgré les dangers qui ne manquent pas.

 

Un programme bouleversé

Avant cet accident, Jérémy Morel se voyait déjà dans les 10 premiers de la compétition triathlon. Selon lui, cela lui aurait permis de se rapprocher du ranking mondial et de la sélection finale. L’accident a toutefois tout bouleversé et jusqu’à aujourd’hui, le calendrier reste flou.

 

Bon rétablissement au triathlète.

 

 

A lire aussi

Leave a Comment

*

code