Tout savoir sur le vélo à assistance électrique

tout savoir sur le velo electrique

Le vélo à assistance électrique ou VAE se fond aujourd’hui dans la circulation urbaine. Les villes tendent à développer de plus en plus sa pratique dans le cadre du transport doux et écologique. Bien que roulant depuis quelques années maintenant, il reste assez méconnu du grand public. Voici ce qu’il faut savoir à son sujet …

Le VAE n’a pas besoin de pédalage ?

Il est dit qu’avec un vélo électrique, le pédalage n’est pas nécessaire. Cette idée est fausse. Malgré le fait que la bicyclette soit dotée d’un moteur électrique, un bouton ne suffit pas pour qu’il puisse avancer. Ce moyen de transport à deux roues possède une pédale, une chaîne, un guidon, etc. tout comme un vélo classique. Le côté électrique sert uniquement à assister le conducteur durant un trajet, lors du pédalage. Cette bicyclette dispose d’un capteur dont le rôle est de détecter l’effort, la pression et la puissance. C’est un système intelligent qui adapte automatiquement toutes les fonctionnalités du vélo selon les situations.

L’assistance ne s’enclenche que lorsque le cycliste appuie sur la pédale indiquant ainsi au capteur qu’il commence à pédaler. Et dès qu’il s’arrête de le faire, l’assistance s’arrête également automatiquement. Autrement dit, le pédalage est essentiel pour pratiquer du vélo électrique. L’assistance fournira seulement de l’aide aux utilisateurs en réduisant l’effort qu’ils doivent produire. Cet avantage est très apprécié des travailleurs puisque grâce à l’assistance, ils peuvent arriver au bureau à l’heure et sans transpirer. Et comme cela nécessite de pédaler, le vélo leur permet de faire leur sport quotidien, efficace pour évacuer le stress.

Le VAE vu par la loi

Selon la loi française, l’assistance électrique de ce vélo doit être limitée à 25 km/h. Pour pouvoir atteindre une vitesse supérieure et réussir à avancer plus vite qu’une moto, il va falloir redoubler d’effort physique puisqu’à partir de 25 km/h, l’assistance électrique s’arrête automatiquement. Le cycliste ne pourra donc compter que sur la force de ses jambes pour continuer à avancer ce qui n’est pas évident vu le poids de ce deux-roues. De toute façon, rouler à plus de 25 km/h sur un vélo électrique n’est réellement possible que dans les descentes ou en fournissant de bonnes performances au niveau du pédalage. La bicyclette fait surtout usage de ses atouts électriques pendant le démarrage.

Par ailleurs, toutes les règles concernant le vélo classique s’appliquent au vélo électrique. En effet, le conducteur n’a pas besoin de carte grise, d’assurance et de casque. Ceci dit, il est toujours recommandé de porter une protection pour prévenir les mauvaises surprises. La société Holland Bikes à également mis en place une assurance vol et accident gratuite pour chaque nouveau vélo acheté.

Le VAE, un moyen de transport pour les vieux ?

Contrairement à ce que l’on pense, le vélo électrique n’est pas un moyen de transport seulement destiné aux personnes âgées. D’ailleurs, les premiers intéressés par cet engin sont les jeunes, surtout ceux qui aiment profiter de tous les avantages d’un vélo. S’il est autant apprécié c’est parce que le VAE est l’un des rares véhicules à :

  • ne pas avoir besoin de payer une place de parking surtout si vous vous rendez dans un lieu qui accueille les vélos. Cela est généralement notifié grâce à une étiquette spécifique ;
  • ne pas avoir besoin d’essence pour rouler. Il suffit de bien recharger sa batterie la veille pour pouvoir rouler sur des kilomètres non-stop. D’un point de vue économique, il est très intéressant puisque permet de faire des économies sur le carburant. Cette épargne vous aidera à amortir rapidement l’investissement lié à son achat ;
  • ne pas être retenu dans les embouteillages : les VAE, comme les bicyclettes classiques ont souvent droit à des pistes cyclables où les embouteillages n’ont pas lieu d’être. Et même en l’absence de ces pistes spécifiques, ils peuvent facilement se faufiler entre les voitures à l’arrêt pour continuer à avancer. Restez toutefois visible par les autres usagers de la route et restez prudent ;
  • ne pas devoir payer une assurance quoi que souscrire une assurance reste quand même conseillé pour plusieurs raisons. En cas de vol du vélo, vous aurez beaucoup à perdre puisque le VAE coûte plus cher qu’une simple bicyclette et en cas d’accident, non seulement vous aurez à dépenser des sous pour la réparation de la selle, mais il faut aussi penser aux blessures graves que vous pourrez contracter.

Par conséquent, même si les seniors affectionnent particulièrement ce moyen de transport, ils n’en sont pas les seuls usagers. De nos jours, les adultes actifs commencent à l’utiliser de plus en plus pour se rendre au travail ou pour faire leurs courses.

Le VAE : un vélo à multiples avantages

A part les avantages déjà cités plus haut, le VAE affiche d’autres intérêts à ne pas négliger. Il s’agit notamment de :

  • la subvention à l’achat : oui, certaines communes continuent de proposer une subvention à ses citoyens pour l’achat d’un vélo à assistance électrique. Le montant varie toutefois d’une ville à l’autre donc il est conseillé de s’informer auprès de la mairie pour en être informé. Cette aide permet d’alléger un peu son investissement de départ ;
  • son côté écologique : en plus d’être économique, le VAE est un moyen de transport écologique et respectueux de l’environnement. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle certaines villes ont décidé d’encourager sa pratique ;
  • l’autonomie : si auparavant, les vélos à assistance électrique avaient un problème en matière d’autonomie, ce n’est plus aujourd’hui qu’un lointain souvenir. En effet, les modèles d’aujourd’hui sont beaucoup plus puissants et autonomes. Les fabricants ont effectivement élaboré une technologie plus fiable et performante capable de tenir jusqu’à 160 ou même 200 km. Il faut souligner que l’autonomie indiquée sur le modèle est à prendre à titre estimatif puisque cette donnée ne dépend pas seulement de la puissance du moteur. Elle est aussi influencée par le poids du cycliste, l’intensité du pédalage, l’usage de l’assistance et même le type de piste parcouru ;
  • une recharge facile : le vélo électrique est simple à recharger. Une prise traditionnelle est suffisante pour remettre les batteries à 100%. Quand vous rechargez la batterie, pensez à le faire à l’intérieur de la maison, dans une pièce chauffée.

Par ailleurs, le poids de cet engin électrique est beaucoup critiqué puisqu’il faut reconnaître qu’il pèse plus lourd qu’un vélo classique. Cela est dû au fait qu’il est non seulement équipé d’un moteur, mais aussi d’une batterie. Toutefois, les avancées technologiques ont permis de répartir sa masse au niveau du châssis et des différents éléments qui le composent. Les plus puissants vélos sont capables de remédier rapidement à la surcharge lorsque l’assistance électrique est engagée.

Les différents modèles existants

On trouve, actuellement, de nombreux modèles de vélos à assistance électrique. Votre choix doit se faire en fonction de son futur et de sa fréquence d’usage. Si vous projetez de rouler seulement en ville, optez pour un modèle de ville ou pour un VTC à assistance électrique.

Dans le cas où vous souhaitez acheter un VAE pour grimper en montagne et rouler sur des pistes accidentées, optez pour un VTT à assistance électrique ou un modèle conçu spécialement pour les randonnées. Et si vous avez l’âme d’un globetrotter à vélo, choisissez un vélo de route à assistance électrique.

Il faut souligner qu’un modèle pouvant rouler avec assistance à plus de 25 km/h n’est plus considéré comme un vélo électrique. On parle plutôt de Speed bike et à partir de là, les réglementations changent et se durcissent. Dans tous les cas, le port de protection, la souscription d’une assurance et la mise en place des différents feux sur le vélo est fortement recommandé. Cela vous permet de rouler en toute sécurité, car qu’on le veuille ou non, le vélo figure parmi les éléments les plus vulnérables dans la circulation.

A lire également :

 

Related Posts

  • 76
    Rouler à vélo, qu’il soit électrique ou non, est dangereux si on ne n’adopte pas les mesures de sécurité requises. Pour éviter les accidents, voici les règles à suivre … Les équipements obligatoires Lors de l’achat du deux-roues, assurez-vous qu’il soit équipé des équipements obligatoires et que ces derniers soient…
    Tags: vélo, l, sécurité, ne, d, électrique, qu, n, casque
  • 76
    L’hiver est là et alors ? Il ne vous empêche aucunement de continuer à rouler à vélo. Au contraire, cela vous permettra de réchauffer un peu vos muscles. Attention toutefois, ce n’est pas parce que le pédalage vous réchauffe qu’il faut vous vêtir légèrement. De même, il faut également penser au…
    Tags: vélo, d, l, n, qu, plus, sécurité, ne, casque
  • 76
    Les vélos électriques ou plus précisément vélo à assistance électrique (VAE) sont des bicyclettes dotées d'un moteur. Quoi qu'il en soit, même avec cette motorisation, le VAE n'avance pas sans pédalage de la part du cycliste. Ce dernier bénéficiera des mêmes activités sportives que demande le vélo classique, mais avec…
    Tags: vae, plus, vélo, casque, sécurité
  • 74
    Beaucoup ont surement constaté que le vélo électrique est devenu un véhicule très en commun. Depuis plusieurs années, il sert pour les déplacements quotidiens de nombreuses personnes. Cependant, son prix s'apparente à celui d'un scooter. Cela constitue une problématique importante pour pas mal d'individus. Désormais, grâce à plusieurs innovations, il…
    Tags: électrique, vélo, ne, casque, vae, vol
  • 73
    Le vélo électrique est aujourd'hui la tendance un peu partout dans le monde. Cependant, une question se pose. S'agit-il d'un simple engin écolo ou peut-il réellement servir pour une activité physique ? Du sport assisté pour tout le monde Le sport permet de lutter contre diverses maladies chroniques et cardiovasculaires.…
    Tags: vélo, électrique, ne, casque, sécurité

Related posts

Leave a Comment