Baule : la police renforce les mesures de contrôle des vélos

A la Baule, Au début de ce mois, les policiers se sont lancés dans des mesures de renforcement du contrôle des vélos. Cela a concerné notamment les lycéens qui étaient aux alentours du lycée Grand Air de la Baule. La police de la Loire-Atlantique ont fait un bilan sur ces premières mesures : il y a encore des efforts à faire.

Quel que soit son conducteur, un vélo doit impérativement être doté de freins, de sonnette, de système d’éclairage à l’avant et à l’arrière et de catadioptres. Pour ces derniers, il y a des codes de couleur en fonction de l’emplacement : ceux du devant sont blancs, ceux de derrière rouge, ceux des pédales et des roues oranges. En outre, le cycliste doit avoir un gilet fluo et le porter lorsqu’il fait nuit (et même à l’aube et au crépuscule). Comme les conducteurs de voiture, les cyclistes n’ont pas le droit de téléphoner pendant qu’ils roulent. Le non-respect de ces dispositions peut amener au règlement d’une amende, allant de 11 à 33 euros (lorsque le paiement ne s’effectue pas dans les 45 jours).

Même si actuellement, les délits de la route, notamment les excès de vitesse, la conduite en état d’ivresse ou la conduite sans permis mobilisent énormément les policiers, les cyclistes ne sont pas moins à l’abri des contrôles inopinés dont le but est avant tout de faire de la prévention.

En juin 2014 à Saint-Etienne, une opération coup de poing a été initié contre les piétons, qui a amené à distribuer des amendes allant jusqu’à 38 euros, pour les piétons qui ne respectaient pas les passages cloutés.

Une tendance qui va bientôt se généraliser

Les mesures de contrôles des vélos seront bientôt communes à toute la métropole. Dans le cadre d’une réponse parlementaire publiée à travers les journaux de Mediahuis, Jan jambon, ministre de l’intérieur a indiqué que pour les vélos électriques, la police envisage de se mettre au contrôle des vitesses. En effet, les vélos électriques sont de plus en plus en vogue en France et les risques d’accidents ne sont pas forcément moindres que dans le cas des voitures. Dans cette optique, la police espère ainsi en finir avec les situations à risques induites par les vélos électriques. D’après le dernier constat du SPF Economie, le nombre de deux roues pouvant rouler en excédant la limite des 25km/h en ville est plus important qu’on ne le croît.

Un banc d’essai pour le contrôle des vélos électriques

Jusqu’à maintenant, les usagers de vélos électriques n’étaient pas assujettis aux sanctions ou aux éventuels contrôles. Mais un changement notoire va intervenir, car la police a désormais mis au point un banc d’essai qui permet de contrôler ce type de moyen de locomotion. Les associations de cyclistes et la fédération du secteur Federvelo attendent la sortie cet été de l’encadrement juridique des droits et obligations qui s’imposent aux propriétaires de vélos électriques cet été.

 

A lire aussi

Leave a Comment

*

code