Le hoverboard : tout ce qu’il faut savoir sur le hoverboard

La taille des roues

Tous ceux qui ont vu le film Retour vers le futur 2 en rêvent sûrement depuis des années. Il a toutefois fallu attendre l’année 2015 pour que des modèles réellement opérationnels arrivent sur le marché. Proche cousin du skateboard et du gyropode, le hoverboard est de plus en plus présent dans les rues. Une machine futuriste qui permet à ses utilisateurs d’avancer comme s’ils lévitaient. De quoi s’agit-il réellement et comment fonctionne-t-il ?

Qu’est-ce qu’un hoverboard ?

Le hoverboard est un véhicule motorisé qui fonctionne par transfert de poids. Il est doté d’une zone d’appui pour les deux pieds et de deux roues situées de part et d’autre la planche. Il est pourvu de deux moteurs électriques indépendants et chaque moteur est alimenté par une ou plusieurs batteries.

C’est un moyen de locomotion aujourd’hui très tendance auprès des jeunes. Contrairement au skateboard, il n’y a pas besoin de pousser la planche avec l’autre jambe pour avancer. Il suffit d’allumer l’appareil et de se tenir debout dessus pour qu’il se mette à avancer.

Il est souvent surnommé skateboard électrique, mais dans la réalité, ce terme se réfère à un tout autre engin électrique : le e-skate.

Lire aussi – Pratiquer l’hoverboard ou comment revivre « Retour vers le futur » !

Ne s’agit-il pas d’un gyropode ?

Le hoverboard est souvent considéré comme un gyropode, mais contrairement à ce dernier, il est dépourvu de guidon. Il en diffère aussi au niveau du nombre de moteurs puisque si le hoverboard est doté de deux moteurs de 500 à 800 Watts chacun, le gyropode n’en possède qu’un seul et d’une puissance beaucoup plus élevée pouvant atteindre les 2 000 Watts. Côté taille, le hoverboard est beaucoup plus petit.

A part ces quelques différences, il a des similitudes avec le gyropode. Tous deux :

  • Reposent sur le procédé du gyroscope, un mécanisme qui date du 19e siècle. Cela signifie que leurs moteurs se basent sur des capteurs qui calculent l’angle d’inclinaison de la planche pour programmer sa vitesse et pour savoir lorsqu’il faut tourner à gauche ou à droite.
  • Sont considérés comme des véhicules terrestres à moteur donc en tant que tel, le code des assurances obligent leurs utilisateurs à souscrire une garantie responsabilité civile.

Comment utiliser un hoverboard ?

Comment utiliser un hoverboard ?

Le hoverboard s’apprend rapidement. Le véhicule est doté d’un bouton ON/OFF qui permet de l’allumer ou de l’éteindre. Avant de monter dessus, il faut donc le mettre sur ON. Vous grimpez ensuite dessus en maintenant les deux pieds bien à plats et parallèle au sol. En restant tranquillement debout dessus, vous garderez votre équilibre. Maintenant, pour l’orienter et le faire avancer, voici ce qu’il faut faire :

  • Inclinez légèrement vos deux pieds vers l’avant pour le faire avancer. Plus l’inclinaison sera importante, plus l’engin gagne en vitesse. Il peut rouler jusqu’à 18 km/h.
  • Inclinez légèrement vos talons vers l’arrière pour réduire la vitesse, pour freiner petit à petit ou pour rouler vers l’arrière.
  • Pour tourner à gauche, maintenez votre pied droit parallèle au sol tandis que vous devez incliner légèrement votre pied gauche.
  • Pour tourner à droite, maintenez votre pied gauche parallèle au sol et inclinez légèrement votre pied droit.

Maintenant que vous savez comment fonctionne un hoverboard, il faut attendre d’avoir de l’expérience avant de filer à pleine vitesse. Prenez aussi le temps d’apprendre à garder votre équilibre lorsque vous montez dessus. Une fois que vous aurez compris les bases, il vous sera facile de basculer d’un mode utilisateur à un autre.

Quel mode utilisateur choisir ?

Tous les hoverboards proposent, généralement deux modes différents. On cite :

  • Le mode « débutant » :

C’est par ce mode d’utilisation que chacun devrait commencer. Pour l’activer, il faut cliquer, une seule fois, sur le bouton ON. Votre hoverboard sera alors plus lourd, mais aussi plus stable ce qui le rend facile à contrôler.

Le mode débutant est idéal pour rouler en ligne droite, pour s’habituer aux différentes inclinaisons et pour apprendre à maintenir l’équilibre. Ce sera aussi le mode à privilégier pour faire une course, car il est beaucoup plus stable même à vitesse maximale.

  • Le mode « sport » ou « freestyle » :

Le mode sport ou freestyle est conseillé seulement lorsqu’on maîtrisera parfaitement la planche. Pour l’activer, il faut cliquer deux fois sur le bouton ON. Normalement, un bip sonore devrait s’entendre pour vous confirmer que vous êtes bien en mode sport.

Avec ce style d’utilisation, le hoverboard se montre plus léger puisque devient très sensible au moindre mouvement du corps. Il va alors avoir tendance à tourner facilement au moindre appui sur un côté ce qui va le rendre plus incontrôlable. C’est pour cela qu’il faut maintenir une vitesse moyenne avec ce mode.

Comment choisir son hoverboard ?

Comment choisir son hoverboard ?

Il existe aujourd’hui de nombreux modèles de hoverboard dont des modèles haut de gamme proposant diverses fonctionnalités. Pour choisir celui qu’il vous faut, il faut se baser sur différents critères à savoir :

  • L’âge :

On trouve des modèles pour enfants qui peuvent supporter jusqu’à 60-100 kg et des modèles pour adultes pouvant supporter jusqu’à 120 kg.

Les hoverboards pour enfants ont une vitesse limitée à 5 km/h et peuvent rouler non-stop sur environ 12 km.

Dans le rayon pour adultes, on trouve des modèles d’entrée de gamme et haut de gamme.

Lire aussi – Hoverboard : les critères de sélection pour un achat réussi

  • La gamme :

Les modèles d’entrée de gamme peuvent rouler jusqu’à 10 km/h sur environ 25 km tandis que les modèles haut de gamme sont plus performants avec une vitesse de 15 km/h pour une autonomie pouvant atteindre les 30 km. Chez certaines marques, les hoverboards haut de gamme sont souvent équipés de haut-parleurs et de la technologie bluetooth.

  • L’autonomie :

L’autonomie annoncée par les vendeurs est à prendre avec précaution puisque dans la pratique, le poids de l’utilisateur va aussi influer là-dessus. En moyenne, les modèles pour adultes ont une autonomie estimée à 20 km, soit environ 2h30 de temps. Il est alors conseillé de bien préparer chaque sortie, car une fois la batterie à plat, l’hoverboard ne peut plus avancer. Il faudra alors le transporter jusqu’à la borne électrique le plus proche et malgré sa taille, l’engin peut peser jusqu’à 15 kg.

Pour recharger sa batterie, il faut le brancher sur une prise électrique. En général, deux heures de charge suffisent pour que les batteries soient complètement rechargées à nouveau.

  • La qualité de la batterie :

La batterie est souvent au lithium-ion. Bien que ce matériau soit résistant, il en existe des qualités différentes. Pour faire un bon investissement, il est conseillé d’opter pour des batteries de bonne qualité.

  • Le prix :

Un hoverboard coûte en moyenne entre 300 et 500 euros. Il est conseillé d’investir dans un modèle de qualité. Attention, un prix très élevé ne signifie pas forcément excellente qualité. De même, il est possible de trouver des modèles de qualité pour un prix abordable.

Pour vous décider, tenez compte des différents critères cités ci-dessus, de vos attentes et de la marque de fabrique.

Lire aussi – Hoverboard : choix, marque et type

Que pense la loi du hoverboard ?

En tant que véhicule motorisé, le hoverboard est strictement encadré par la loi. Comme on l’a dit plus haut, son propriétaire doit souscrire une assurance Responsabilité civile pour pouvoir rouler avec.

Découvrez aussi – Les appareils électriques dédiés à la mobilité urbaine et la loi

A part l’obligation d’assurance, la loi française a également mis en place quelques règles à adopter pour sa conduite. Ainsi, il faut savoir que :

  • Il est interdit de faire du hoverboard sur la route
  • La vitesse maximale autorisée est de 24 km/h
  • Il est interdit de rouler à hoverboard sur les pistes cyclables
  • Il est autorisé de rouler avec sur les rues piétonnes, dans les parcs et espaces verts ainsi que dans les zones de rencontre
  • Il faut porter des vêtements de protection lorsqu’on roule avec à plus forte raison s’il s’agit d’un enfant
  • Le hoverboard est toléré sur les trottoirs, mais à une vitesse limitée à 6 km/h. Sur le marché, il existe des modèles dont la vitesse a été pensée pour respecter cette limitation

Même si ces règles ont été annoncées, il n’y a pas de loi spécifique qui encadre la pratique du hoverboard en France. De plus, les termes que l’on vient de citer peuvent varier d’une ville à l’autre donc il reste plus sage de s’informer avant d’en pratiquer sur les voies publiques.

A lire aussi

Leave a Comment

*

code