Comment fonctionne une gyroroue ?

Monocycle électrique

La gyroroue, appelée aussi la monoroue électrique, est un des plus récents appareils de mobilité urbaine. Elle est apparue sur le marché dans les années 2000. Pour se déplacer avec, il faut un certain sens de l’équilibre. Composé de capteurs, cet engin repose sur le principe du moteur gyroscopique : elle va toujours essayer de compléter les mouvements de son utilisateur.

Le principe de fonctionnement d’une gyroroue

Si le vélo traditionnel a l’unicycle, le vélo électrique a la monoroue électrique. Vous avez compris que la gyroroue comprend un moteur, mais en plus de ceci, il est doté d’un système d’auto-équilibrage qui va aider son utilisateur monte dessus. Sur ce type d’engin, on a la fonction gyroscopique qui va répartir le poids vers le centre de l’appareil. C’est ce qui va éviter à l’utilisateur de tomber.

On ne va pas non plus vous dire que cet appareil n’a qu’une seule roue, car son nom l’indique clairement. Cependant, ce pneumatique est enveloppé d’un carénage qui cache le moteur et la batterie. Sa taille fait entre 35 à 41 cm. L’ensemble est complété par deux marche-pieds en forme de pédales.

Connaissez-vous le fonctionnement du gyroscope ? La gyroroue reprend ce même principe pour fonctionner. Un dispositif calcule en permanence l’inclinaison vers l’avant ou vers l’arrière de la roue. Un autre recueille à la seconde la vitesse de déplacement. Ces données sont par la suite renvoyées au moteur qui en prenant compte de la position de l’utilisateur va commander la roue dans un sens ou dans un autre pour garder la même vitesse, pour accélérer ou pour freiner.

La roue électrique, elle, pour fonctionner, reprend le principe du pendule inversé. C’est ce tour avec le manche de balai que l’on tient verticalement vers le haut au creux de la main. Sur cet engin, le balai qui est le mobile est l’utilisateur et le support est la roue. Lorsque vous vous penchez vers l’avant, la roue va automatiquement vous rattraper pour éviter la chute. C’est ce principe qui va créer le déplacement.

fonctionnement d’une gyroroue

La roue va toujours alors détecter votre inclinaison. Pour le faire, elle fonctionne comme le niveau à bulle qu’on utilise pour mesurer l’horizontalité d’une structure. En vous penchant vers l’avant, les reposes pieds ne sont plus horizontales et la roue le saura. Le capteur d’inclinaison électronique sur cet engin est le « gyro sensor », c’est le même modèle qu’on retrouve sur les smartphones. La monoroue électrique comprend aussi un capteur latéral. Celui-ci détecte si la roue est sur le flanc et qu’il y a un risque de chute latéral. Si c’est le cas, il va directement arrêter le moteur.

Faire avancer ou arrêter sa gyroroue

Les brigades de la police municipale dans certaines villes ou les touristes qui se baladent dans les stations balnéaires avec la gyroroue semblent bien être à l’aise. Lorsqu’on les voit rouler, on pense qu’il est vraiment facile de manipuler ce type d’engin. C’est le cas, mais il faudra un certain temps d’adaptation. Si certaines personnes n’y arrivent pas, c’est qu’il est difficile pour eux de se pencher vers l’avant, car il y a toujours cette crainte de tomber.

La gyroroue a de nombreux capteurs qui vont détecter la répartition du poids et l’inclinaison des pédales. En fonction des données reçues par le moteur, il va faire avancer, augmenter ou réduire la vitesse ou arrêter. En allant vers l’avant, la monoroue électrique va avancer et en vous penchant plus, elle va accélérer. Pour freiner ou rouler doucement, il faudra se redresser vers l’arrière. Pour un arrêt immédiat et efficace, il faut forcer sur l’arrière.

La monoroue électrique, un appareil sécuritaire

On peut penser que le fait qu’il n’est doté qu’une seule roue n’est pas sécuritaire. Ce n’est pas tout le cas. Pour que vous rouliez en toute sécurité, les fabricants lui ont intégré différents systèmes dont la limite de vitesse. En effet, si vous excédez une certaine vitesse, la monoroue va émettre des bips ou vibrer. Vous serez également averti si vous vous penchez exagérément. Si vous ignorez ces avertissements, la gyroroue va directement reprendre le contrôle en remettant les pédales à l’horizontale pour vous ralentir. Ce processus se fera lentement et l’utilisateur ne risque rien.

Même si elle est présentée comme un appareil sécuritaire, vous devez porter quelques équipements de protection comme le casque. Avant de prendre la route, il est conseillé de bien recharger la batterie. Pour votre sécurité, il ne faut pas dépasser les 20 km/h. Si vous circulez sur le trottoir, la réglementation prévoit une vitesse inférieure à 6 km/h.

Comment choisir sa monoroue électrique ?

Comment choisir sa monoroue électrique

Lors de l’achat, vous ne devez pas négliger la taille de la monoroue, car la maniabilité et la stabilité en dépendent. Sur le marché, la plupart des modèles ont un diamètre de 35,5 cm ou 40,6 cm. Il est évident qu’avec une plus grande roue, la stabilité est plus assurée. C’est pour cette raison que certains fabricants proposent des gyroroues de 45,7 cm, soit 18 pouces. Si vous êtes habitué à manipuler ce genre d’appareils, vous pouvez vous tourner vers les modèles plus petits avec une roue de 10 ou 12 pouces.

Prenez également en compte le poids de la roue. Si vous devez porter votre gyroroue pour monter les escaliers, il ne serait pas pratique de se retrouver avec un modèle de 20kg. Si vous devez vous tourner vers une monoroue électrique lourde, choisissez un modèle avec une poignée de transport télescopique pour pouvoir la tirer comme une valise.

Vérifiez aussi l’autonomie. Comprenez que plus la batterie est grande, plus cette autonomie est importante. Cette indication est très variable sur les modèles. Elle peut aller de 10 à 120 km. Une batterie de 130 Wh vous permettra de rouler une dizaine de kilomètres et une de 680 Wh peut tenir jusqu’à 60 km. Pour des questions de confort, il serait aussi judicieux de voir la connectivité de l’appareil. S’il peut se connecter à votre smartphone, vous pourrez depuis l’application consulter différentes données et accéder à certains paramétrages.

Related Posts

  • 59
    C’est dans son moteur que le Vae tire son assistance électrique. Celle-ci assiste le cycliste durant le pédalage et lui permet de ne pas trop fournir d’efforts. Son emplacement Selon les modèles, il peut se situer dans la roue avant, dans la roue arrière ou dans le pédalier. La dernière…
    Tags: l, d, plus, on, c, roue, qu, électrique
  • 53
    Avec l’apparition des divers modèles de vélos électriques, jeunes, adultes et seniors sont de plus en plus attirés par ce type de moyen de déplacement. Outre le fait d’être pratique pour grimper les dénivelés, il permet aux plus faibles physiquement de pouvoir se déplacer sans effort, raison de plus pour…
    Tags: d, plus, électrique, l, roue
  • 51
    Même si le vélo électrique est aujourd’hui plus connu qu’auparavant, il suscite encore  beaucoup de questions parfois sans réponses. Pour mieux vous éclairer, voici quelques éléments de réponses aux questions qu’on a le plus tendance à se poser ... Son fonctionnement Le VAE ou vélo à assistance électrique est pourvu…
    Tags: plus, d, électrique, qu, l
  • 49
    Même lorsque vous rangez votre vélo dans le garage ou dans votre arrière cour, il est indispensable d’adopter toutes les mesures de sécurité nécessaires pour le protéger du vol, à plus forte raison s’il s’agit d’un vélo électrique. Voilà quelques conseils pour bien vous y prendre. Attacher le vélo même…
    Tags: d, plus, l, roue, électrique, qu, c
  • 48
    Le vélo électrique  fait désormais partie de notre paysage quotidien que ce soit en ville ou en périphéries. Rien qu’en 2014, un peu plus de 77 500 unités ont été vendues en France, mais tout le monde n’a malheureusement pas les possibilités de s’en offrir un. Que faire alors si on…
    Tags: l, d, plus, on, électrique, qu, c

Related posts

Leave a Comment